Coupe du monde

La France remporte le premier sommet du Mondial

Les Bleus signent (enfin) une performance majeure pour venir à bout d'une Argentine volontaire mais limitée sur le score de 4-3. Lionel Messi quitte la Russie sur la pointe des pieds, totalement éclipsé par un Kylian Mbappé monstrueux

Les huitièmes de finale n'auraient pu mieux commencer. Quel match, ce samedi à Kazan, entre la France et l'Argentine! Enfin conquérants, enfin réalistes, enfin inspirés, les Bleus (roi) sont venus à bout des Bleus (ciel) au bout d'un match haletant, incertain, mémorable. Sept buts ont été marqués (score final 4-3), dont deux qui resteront parmi les plus beaux du tournoi.

La Coupe du monde en Russie tient incontestablement l'un de ses sommets. Et peut-être aussi son grand Monsieur, pour peu qu'il confirme lors des prochains matches: Kylian Mbappé a livré une prestation tout simplement ahurissante en inscrivant deux fois son nom au tableau d'affichage et en provoquant le penalty qui a conduit à l'ouverture du score.

Un portrait en mars 2017: Kylian Mbappé, le nouveau «nouveau Thierry Henry»

Le principal intéressé... se marre

Très logiquement élu homme du match, le jeune homme a été submergé de compliments par la presse internationale quelques minutes après le coup de sifflet final. Première question: «Kylian, aucun joueur de moins de 20 ans n'avait marqué lors de la phase à l'élimination directe d'une Coupe du monde depuis Pelé. Qu'est-ce que cela vous inspire?» Deuxième question: «Kylian, vous êtes né la même année que la France a remporté la Coupe du monde. Etes-vous le deuxième trophée de 1998?» L'attaquant du PSG se marre et botte en touche. Non, il n'est pas Pelé. Non, il n'est pas aussi important que le sacre des Bleus à domicile. Mais tous ses futurs adversaires peuvent commencer à se poser la vraie question: comment stopper une fusée pareille?

Retrouvez tous nos articles sur la Coupe du monde.

«Une marge de progression»

L'Argentine n'a pas trouvé la réponse. 11e minute de jeu, le bonhomme intercepte un ballon sur la ligne médiane et à grandes enjambées supersoniques, il affole l'arrière-garde adverse. Marcos Rojo ne parvient à l'arrêter que dans la surface de réparation, et irrégulièrement. Antoine Griezmann transforme le penalty sans trembler. 19e minute de jeu, Paul Pogba trouve dans le dos de la défense Kylian Mbappé qui contrôle parfaitement et ne peut être arrêté qu'au prix d'une nouvelle faute, à quelques centimètres de la ligne des 16,5 mètres cette fois-ci. En fin de match, il a parachevé son œuvre en marquant les deux derniers buts français après l'heure de jeu, grâce à son coup de rein d'abord, puis à une belle construction collective qu'il a bien su conclure.

«Ce garçon, je suis très content qu'il soit Français, a lancé le sélectionneur Didier Deschamps après le match. Il a très bien joué. Et je vous garantis qu'il a encore une marge de progression considérable!».


Notre revue de presse après le précédent match de la France (contraste...): France-Danemark, le pire match depuis le début du Mondial de football


Le missile d'Angel Di Maria

En dépit de la solide prestation de l'équipe de France et du festival de sa petite pépite, le match a atteint des sommets parce que l'Argentine était aussi au rendez-vous. Mine de rien, elle a aussi accompli la mission que son sélectionneur Jorge Sampaoli lui avait donné: contrôler le ballon, pour essayer de contrôler le match. Elle a d'abord soigné sa possession sans génie et sans parvenir à s'installer haut dans le camp français, mais elle est parvenue à anesthésier la vigilance de Paul Pogba et Ngolo Kanté à mi-terrain. A la 41e minute de jeu, Angel Di Maria a eu plus de temps qu'il n'en faut pour ajuster sa frappe des 25 mètres et égaliser de façon somptueuse.

L'Albiceleste a même pris l'avantage juste après la pause grâce à une déviation heureuse de Gabriel Mercado sur un essai de Lionel Messi, très discret pendant la rencontre, qui a pris le gardien français Hugo Lloris à contre-pied. Alors, le match a soudainement changé. La France s'est mise à attaquer en continu. A la 57e minute de jeu, Benjamin Pavard a pu égaliser d'une demi-volée de l'extérieur du pied droit fantastique. En un quart d'heure, deux des plus beaux buts du tournoi ont été inscrits sur la pelouse d'une Kazan Arena enflammée.

Très majoritairement derrière l'Argentine, le public a un peu déchanté lorsqu'il a compris avec le doublé de Kylian Mbappé que l'aventure s'arrêterait là, malgré un troisième but sud-américain en toute fin de match. Mais cette partie restera gravé dans les mémoires de tous ceux qui y ont assisté.


Nos derniers articles en marge des stades

Publicité