Jeux olympiques

Fu Yuanhui, la nouvelle coqueluche des Jeux

Par son authenticité et sa fraîcheur, la nageuse chinoise, médaillée de bronze du 100m dos, s’est attirée la sympathie des internautes du monde entier pendant les Jeux olympiques

Pour les athlètes, il existe différents moyens d’accéder à la célébrité. Lors de ces Jeux olympiques, Michael Phelps, Usain Bolt ou Teddy Riner ont fait parler d’eux en accumulant les médailles. D’autres, comme les nageurs français, se sont retrouvés au cœur de polémiques relayées par les médias et les réseaux sociaux. Au milieu de tout cela, il y a Fu Yuanhui. La nageuse chinoise de 20 ans est devenue un phénomène médiatique grâce à sa personnalité atypique.

Tout a commencé le deuxième jour des Jeux. Tout juste après les demi-finales du 100m dos féminin, Fu Yuanhui accepte de répondre aux questions de la télévision nationale chinoise, la CCTV. Persuadée d’avoir terminé à la quatrième place, la nageuse apprend par le biais de la journaliste qu’elle est finalement troisième, donc qualifiée pour la finale. En apprenant la nouvelle, la Chinoise ne cherche pas à cacher sa joie, bien au contraire. Sa réaction rappelle une enfant venant de réaliser son rêve: son visage s’illumine, ses yeux s’écarquillent, elle arbore son plus large sourire. «58.95 secondes? Je pensais que c’était 59 secondes» déclare-t-elle, incrédule. L’une de ses nombreuses extravagances.

Icône en Chine

À l’issue de la finale du 100m dos féminin, Fu Yuanhui recroise la journaliste chinoise, qui lui indique son temps: 58.76 secondes. «J’ai battu le record asiatique!» se réjouit-elle. Certaine d’avoir échoué à la quatrième place, elle entame ensuite son discours de fin: «Même si je n’ai pas remporté de médaille…». La journaliste, abasourdie, l’interrompt. «Mais vous avez une médaille. Vous êtes arrivée troisième!» La jeune nageuse, après quelques secondes de stupéfaction, se reprend, hilare: «Finalement ce n’est pas si mal». Victime de crampes, elle s’éloigne ensuite en affichant sur son visage des grimaces empreintes de joie qui prêtent à sourire, forcément.

Son pays est le premier à être tombé sous son charme, à tel point qu’elle est devenue une véritable star sur les réseaux sociaux. Au sein de l’Empire du Milieu, elle est aussi devenue une icône. Et pour cause: en révélant qu’elle était dans sa période de menstruations lors du relais 4x100m féminin, lors duquel elle a effectué une piètre performance, Fu Yuanhui a brisé l’un des tabous de la société chinoise.

Différente des autres sportifs

Le phénomène n’a pas tardé à dépasser les frontières chinoises. Contrairement à l’image habituellement renvoyée en dehors des terrains par les sportifs aux regards noirs, fermés et méfiants, Fu Yuanhui séduit par son authenticité et sa fraîcheur.

Finalement, cette célébrité naissante fait passer au second plan les performances sportives de la nageuse, elle qui a décroché la médaille d’or du 50m dos et celle du relais 4x100m quatre nages en 2015. En 2016, hormis le bronze sur 100m dos, elle accroche à son palmarès le titre olympique officieux de l’enthousiasme.

Publicité