Le match qui opposait le FC Saint-Gall au FC Sion samedi soir s’est achevé sous une pluie d’insultes. Après l’égalisation sédunoise à la 92e minute et le dernier coup de sifflet, l’ambiance est tendue. Les joueurs se bousculent, et le terrain devient le théâtre de racisme.

«Je ne peux pas laisser passer»

Des supporteurs saint-gallois s’en prennent au gardien suisse d’origine congolaise, Timothy Fayulu. «Ils me jetaient des bières et des briquets dessus, mais ça, ce n’est rien, témoigne-t-il au micro de la RTS. J’ai entendu crier «Monkey! Monkey!» («Singe»). Je ne me suis jamais fait tirer dessus, mais c’est comme si on me tirait une balle. Cela m’a fait très très mal. Je ne peux pas laisser passer ça.»

Sur ce sujet, regardez notre vidéo: Le football, toujours miné par le racisme

Toujours sur le terrain, alors qu’il se fait interviewer par la SRF, le joueur saint-gallois Nicolas Luchinger est interrompu par le Sédunois Serey Die. «Vous avez des joueurs noirs dans votre équipe, lui signale ce dernier. On est fier d’êtres noirs.» Et le premier de commenter ce bref échange: «Il y a eu apparemment des insultes racistes dans le stade. Ce n’est pas la première fois que ça se passe dans un stade. Si c’est bien le cas, on ne doit pas le tolérer.»

Des procédures et des excuses

Dimanche, le FC Sion a transmis aux médias une réaction de Timothy Fayulu dans laquelle il dit son choc d’avoir été la victime de propos racistes. Selon le président de son club, Christian Constantin, il va saisir la justice. «Il va déposer plainte contre X, parce qu’il ne sait pas exactement de qui sont ces propos», détaille-t-il. Celui-ci a précisé à la RTS, qu’il avait demandé à l’arbitre de «mentionner dans son rapport que des propos racistes visant Tim ont été tenus».

Lire aussi: Les joueurs contre le racisme: acteurs ou spectateurs?

La Swiss Football League a également annoncé l’ouverture d’une procédure ce dimanche. L’organisation rappelle qu’elle condamne toute forme de racisme. Le club de Saint-Gall a présenté des excuses auprès Timothy Fayulu et de ses coéquipiers.