Lorsque Marcel Hirscher a déboulé dans l’aire d’arrivée de Salastrains, il a jeté un long coup d’œil incrédule au tableau d’affichage avant de lever les bras au ciel; il était bien champion du monde de géant. Pas étonnant vu de l’extérieur: l’Autrichien de 27 ans est le meilleur skieur du monde depuis l’hiver 2011-2012, il a remporté vingt géants dans sa carrière en Coupe du monde et restait sur deux médailles d’argent dans la discipline aux championnats du monde. Mais lui, en skiant sur et sous la neige ce jeudi, ne se voyait pas forcément terminer devant. «Physiquement, cela a été l’une des courses les plus fatigantes de la saison», lâchera-t-il un peu plus tard. Mais sa victoire restera largement comme la moindre des surprises d’une journée pas comme les autres.

Lire aussi:  Erika Hess: «A mes yeux, la discipline reine, c’est le slalom!»

La première fut loin d’être agréable pour le public. Entre les deux manches, soudain, un gros objet sombre est tombé du ciel pour se fracasser au beau milieu de la zone d’arrivée. Respirer. Puis comprendre: lors d’une parade d’entraînement, un avion des Forces aériennes suisses a sectionné un câble qui supportait une caméra de télévision. Aucun blessé à déplorer. Quelques athlètes en train de monter pour faire la reconnaissance de la piste sont restés coincés une demi-heure sur le télésiège, le départ de la seconde manche a été retardé d’une demi-heure, mais la course a pu se poursuivre sans être faussée.

Le malheur des uns…

La deuxième surprise ne fut pas très bonne non plus pour les supporters français. Au lendemain de la victoire de Tessa Worley lors du géant féminin, ils espéraient qu’Alexis Pinturault – seulement sixième du super-G et dixième du combiné – sorte de sa réserve et ajoute une nouvelle médaille au butin des Bleus. Mais, troisième de la première manche, il s’est effondré lors de la seconde pour terminer septième. «En arrivant, j’ai été très étonné de ne pas voir Alexis parmi les trois premiers», a avoué Marcel Hirscher. «Je fais des Mondiaux mauvais, très mauvais», se désolait le skieur de Courchevel, vainqueur de trois géants cette saison, dans l’aire d’arrivée.

La dernière surprise fut-elle bienvenue pour les principaux intéressés: aux côtés de Marcel Hirscher se sont invités deux skieurs qui n’y étaient pas du tout attendus. Deuxième, Roland Leitinger a offert un doublé à l’Autriche, tandis que le Norvégien Leif Kristian Haugen se parait de bronze. Aucun de ces deux médaillés n’était jamais monté sur un podium de Coupe du monde. «Je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé. Ces derniers jours, je voyais bien que j’étais rapide à l’entraînement et je me savais capable d’un bon résultat, mais je pensais à un top-10, pas à l’argent», reconnaissait Leitinger, qui a devancé le meilleur Suisse, Justin Murisier (huitième), de 28 centièmes.