Football

A Genève, la Nati poursuit son sans-faute

Devant 25 000 spectateurs enchantés, les hommes de Vladimir Petkovic ont maîtrisé leur match face à la Lettonie, même s’ils ne s’imposent que d’un petit but. C’est leur cinquième victoire en autant de rencontres dans le cadre des qualifications pour le Mondial

La victoire sinon rien. C’est en substance le message qu’a adressé Vladimir Petkovic à ses hommes peu après l’heure de jeu, lors du match qui opposait l’équipe de Suisse à la Lettonie. En remplaçant le demi récupérateur Gelson Fernandes par l’attaquant Josip Drmic, il complétait son arsenal offensif d’une arme supplémentaire. Jusque-là, la Nati avait certes dominé sans partage, mais échoué à forcer le verrou adverse. Le sélectionneur n’aurait pu réussir meilleur premier changement. Sur son premier ballon, quelques secondes après son entrée en jeu, le buteur du Borussia Mönchengladbach s’élevait plus haut que tout le monde sur un centre d’Admir Mehmedi et marquait le but qui allait offrir la victoire à son équipe.

Relire: Equipe de Suisse: les enjeux d’un rassemblement

La Nati poursuit son sans-faute dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 et conserve la première place de son groupe. Après le Portugal, la Hongrie, Andorre et les Iles Féroé, c’est donc la Lettonie qui a fait les frais de la machine helvétique. Elle a désormais broyé tous ses adversaires. Elle est à mi-chemin de son trajet vers le Mondial en Russie.

Concrétisation en buts plus compliquée

Ravis, les 25 000 spectateurs du Stade de Genève ont fait la ola, agité des drapeaux et chanté leur enthousiasme. Sur le terrain, l’équipe de Suisse a fait son boulot en s’imposant. Mais la victoire fut longue à se dessiner, tant les hommes de Vladimir Petkovic ont eu de la peine à traduire leur domination en buts. Xherdan Shaqiri (47e, alors que le score était encore vierge) et Blerim Dzemaili (90e, alors que la partie vivait ses derniers instants) ont tous les deux raté des montagnes. Et avant cela, la Nati a longtemps ramé ne serait-ce que pour se créer de véritables occasions face à des Lettons qui, certes, n’avaient fait le déplacement qu’avec l’ambition de se défendre le mieux possible.

Au coup d’envoi, l’alignement de Vladimir Petkovic ne réservait pas de surprise. Les possibilités, évoquées par le sélectionneur, de titulariser Michael Lang au poste de latéral gauche et Remo Freuler à mi-terrain n’étaient que des écrans de fumée. Il a bien misé sur la logique et la continuité avec François Moubandje et Gelson Fernandes. Xherdan Shaqiri, de retour de blessure depuis peu de temps, tenait lui aussi sa place dans le onze de départ.

C’est d’ailleurs l’attaquant de Stoke City qui s’est le plus mis en évidence durant les 45 premières minutes. Profitant de la possession de balle écrasante de l’équipe de Suisse pour se libérer de son flanc droit, il a brillé dans une position de meneur de jeu. Aujourd’hui, la vedette de la Nati ne joue jamais aussi bien que lorsqu’il est à la manœuvre. Ses ouvertures pour Admir Mehmedi ou Haris Seferovic auraient pu faire la différence, mais un pied letton ou une intervention du gardien Andris Vanins a systématiquement empêché les hommes de Petkovic de prendre l’avantage.

Une Nati parfois inquiétée

Ils attendaient des adversaires regroupés, ils n’ont pas été déçus. Conscients de leurs limites, les Lettons ont évolué dans un 4-1-4-1 très hermétique et ils se sont toujours gardés de sortir au pressing lorsque l’équipe de Suisse reculait pour les attirer. Ils ne rechignaient à quitter leur base arrière qu’en possession de la balle, histoire de tenter leur chance. Même si Yann Sommer n’a au final jamais dû faire la démonstration de son talent, l’attaquant Valerijs Sabala et ses coéquipiers se sont parfois mis en position de l’inquiéter.

Par contre, même menés, les Lettons n’ont pas su se rebeller. A 1-0 en sa faveur, l’équipe de Suisse a, elle, continué de jouer, mais elle s’est à nouveau heurtée à la difficulté de concrétiser. Lors des prochains matches, elle sera d’autant plus attendue qu’elle n’en finit plus de gagner. Elle devra absolument faire preuve de davantage d’efficacité.

Publicité