La Géorgie était sous le choc samedi après la chute qui a coûté la vie à son jeune lugeur Nodar Kumaritashvili lors d’un entraînement vendredi aux jeux Olympiques de Vancouver, jetant une ombre tragique sur la cérémonie d’ouverture.

La séquence dans laquelle le jeune homme de 21 ans sort de la piste olympique à une vitesse d’environ 140 km/h avant de heurter un poteau métallique était diffusée sans relâche samedi par les chaînes de ce petit pays du Caucase, provoquant des scènes de pleurs et de consternation parmi la population.

Inconscient et le visage en sang, le lugeur a été pris en charge immédiatement et évacué par les secours, mais il est décédé à son arrivée à l’hôpital.

Sous le choc

L’émotion était particulièrement forte à Bakuriani, station de ski du centre du pays et ville natale du sportif, où des habitants se sont rassemblés à son domicile pour épauler son père, sa mère et sa sœur, a indiqué à l’AFP un ami de la famille, Giorgi Gavva.

«Tout Bakuriani est complètement sous le choc. Tout le monde ici connaissait ce garçon et plaçait de grands espoirs en lui pour les JO. La famille est atterrée», a ajouté Girgi Gavva, un proche du père du jeune homme. Le lugeur était parti à Vancouver accompagné de son entraîneur et cousin Felix Kumaritashvili. «Nodar était un garçon très timide mais un très bon sportif avec des perspectives excellentes», a-t-il relevé.

Mauvais souvenirs

Le ministre géorgien de la Culture et des Sports Nikoloz Rurua a annoncé à la télévision depuis Vancouver que la dépouille du jeune homme serait rapatriée d’ici quelques jours pour être enterrée à Bakuriani, où une piste de luge sera également baptisée en son honneur.

Nikoloz Rurua a jugé qu’il était trop tôt pour dire si l’accident aurait pu être évité. «L’enquête sur cet incident tragique a démarré et il est prématuré de tirer des conclusions pour le moment», a-t-il dit. «Notre équipe olympique et le Comité olympique ont reçu un soutien et des marques de sympathie extraordinaires de la part des délégations de tous les pays», a-t-il ajouté.

La petite équipe olympique géorgienne -3 skieurs alpins, 3 patineurs artistiques et un autre lugeur –, après avoir un temps envisagé de se retirer de la compétition, a finalement décidé de participer, et arborait des brassards noirs lors de la cérémonie d’ouverture.

Le président géorgien Mikheïl Saakachvili, qui assiste aux Jeux à Vancouver, les a rencontrés et a observé avec eux une minute de silence en l’honneur du jeune homme, a rapporté la chaîne de télévision Rustavi-2.

Pour nombre de Géorgiens, la tragédie de Vancouver a remué de mauvais souvenirs liés aux précédents jeux Olympiques, à Pékin en août 2008, qui coïncidaient avec la brève guerre menée par leur pays et la Russie pour le contrôle de la région séparatiste d’Ossétie du Sud.

Tbilissi a appelé à un boycott des JO d’hiver de 2014, dont l’organisation a été confiée à la ville russe de Sotchi, afin de protester contre le soutien apporté par Moscou à l’Ossétie du Sud ainsi qu’à une autre région séparatiste géorgienne, l’Abkhazie. Celle-ci se trouve à peine à 30 km de Sotchi.