Il y a quelques mois encore, à la lecture des rapports annuels établis par Deloitte sur la santé financière du football professionnel, on pouvait espérer qu’un nombre toujours plus important de clubs réussisse à atteindre une certaine viabilité économique. Depuis la mi-mars 2020 et la crise du Covid-19, l’incertitude règne de nouveau et tout est à revoir.

Au cours de la dernière décennie, les fédérations nationales et internationales, les ligues professionnelles ainsi que les clubs de football ont connu un développement spectaculaire de leurs revenus, égalé uniquement par quelques secteurs d’activité liés à la technologie ou à la santé. Grâce à un taux d’augmentation à deux chiffres des droits de télévision négociés par l’UEFA pour ses compétitions européennes (en particulier la Ligue des champions) et par les grandes ligues européennes (spécialement la Premier League anglaise) pour la diffusion à l’échelle mondiale des rencontres de leurs championnats nationaux, les grands clubs européens ont bénéficié pendant plusieurs années d’une bouffée d’air financière.