Le golf a son jardin d’Eden avec les fairways immaculés d’Augusta, en Géorgie, où se dispute le Masters. Il a son temple éternel, aussi: l’Old Course de Saint Andrews (Ecosse), sa terre qui respire la préhistoire et le passage séculaire des moutons. Et puis il y a des parcours qui semblent installés sur une autre planète, lunaires dira-t-on, comme le Lumine Golf Club de Tarragone.

Pour s’y rendre, il faut passer près d’une hallucinante raffinerie qui rappelle plus la péninsule Arabique que la Costa Dorada, surtout la nuit. Une fois à l’intérieur du complexe, le vol constant des étourneaux vient sublimer l’endroit, tout comme la vue sur les collines de l’arrière-pays qui rappellent à quel point la Catalogne peut se montrer merveilleuse. Mais il y a aussi ces bruits d’autoroute, ainsi que l’immense parc d’attractions et ses montagnes russes géantes en plein milieu. Le week-end, les joueurs évoluent au milieu des cris d’effroi et d’enthousiasme des touristes. Une forme de doux n’importe quoi dont on ne sait que penser.