Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le président de la FIFA Gianni Infantino.
© Martin Ruggiero/AP Photo

Football

Les grands travaux électoraux de Gianni Infantino

Coupe du monde à 48 nations ou Mondial des clubs, les grandes manœuvres du président de la FIFA ont pour but de le faire réélire. Mais elles ne font pas l’unanimité

Coupe du monde des clubs à 24, Ligue mondiale des nations: à un an des élections où il briguera un deuxième mandat, le président de la FIFA Gianni Infantino a ouvert de nombreux chantiers qui représentent autant de défis pour son avenir personnel et celui de l’instance.

L’Italo-Valaisan s’est installé en février 2016 à la tête de la FIFA, alors en pleine tourmente. Sepp Blatter, en poste depuis 1998, avait été contraint à la démission à la suite d’un vaste scandale de corruption puis suspendu. Depuis, l’ancien bras droit de Michel Platini à l’UEFA a entamé des réformes, avec en ligne de mire le congrès électif de juin 2019 à Paris, où il compte bien conserver la confiance des 211 fédérations membres de la FIFA.

«Infantino a clairement un agenda politique, analyse un bon connaisseur du dossier. Il a ouvert deux chantiers, celui des compétitions et celui de la réglementation, en voulant s’attaquer aux transferts.»

Ligue mondiale des nations

Première réforme phare: une Coupe du monde à 48 équipes dès 2026, contre 32 aujourd’hui. Mais Gianni Infantino veut aller plus vite: pourquoi ne pas passer à 48 dès le Mondial 2022 au Qatar? «C’est le président de la Conmebol, Alejandro Dominguez, qui a formulé cette proposition, mais on peut penser qu’elle émane directement de la FIFA», explique un ancien cadre de l’instance.

Une proposition qui met dans l’embarras le Qatar. Isolé politiquement, l’émirat serait ainsi contraint de déléguer l’organisation de certaines rencontres à ses voisins. Mais in fine, ce Mondial à 48 équipes qui offre plus de qualifiés à chaque confédération «répond de toute évidence à l’agenda politique d’Infantino», selon la même source.

Avec des fonds asiatiques

Autre proposition phare: dépoussiérer la Coupe du monde des clubs, qui serait organisée tous les quatre ans, dès 2021, avec 24 clubs. La compétition actuelle, organisée chaque année, regroupe sept équipes.

Dans le même temps, Gianni Infantino et la FIFA ont récupéré un concept lancé par l’UEFA et les confédérations: une Ligue mondiale des nations, qui regrouperait les vainqueurs de chaque Ligue des nations continentales. Ces propositions ont été présentées lors du dernier conseil de la FIFA en mars à Bogota, le président avançant alors un argument massue: un groupe d’investisseurs garantirait jusqu’à 25 milliards de francs de revenus pour ces deux compétitions.

Le nom des investisseurs est confidentiel, mais, selon une source proche du dossier, le consortium mené par une banque japonaise réunit des investisseurs chinois, japonais et saoudiens.

Rencontres secrètes à Zurich

Pour convaincre les clubs, «Infantino discute en direct avec eux», explique cette même source. Ainsi a-t-il rencontré récemment à Zurich une dizaine des plus grands clubs européens, dont le Real Madrid et le Bayern Munich. Devant les sommes promises (entre 50 et 80 millions de francs par club et par édition, selon une estimation), les clubs ont répondu «Pourquoi pas?» selon la même source.

Au sein des instances, «il y a débat entre ceux qui pensent que ce Mondial des clubs à 24 est une connerie et ceux qui y voient une idée de génie», ajoute cette même source. «Aux promesses sonnantes et trébuchantes, on oppose ainsi un calendrier déjà surchargé et un système qui continuera d’enrichir les plus riches.»

En revanche, Infantino a plus de mal à faire passer son projet de Ligue mondiale des nations, face notamment à l’UEFA, qui s’estime dépossédée de son bébé. Pour évoquer ces deux sujets, une réunion des secrétaires généraux des six confédérations s’est tenue lundi à Zurich, «dans un climat cordial et positif», a tenu à assurer la FIFA. Une réunion extraordinaire du Conseil devrait également se tenir avant la fin mai.

Offre de courte durée

Si Gianni Infantino est si pressé de recevoir l’aval de son gouvernement sur ces deux projets, «c’est parce que l’offre de 25 milliards n’est valable que 60 jours et que la FIFA a besoin d’argent», explique ce connaisseur, qui souligne que «les réserves de la FIFA ont fondu au total de presque 600 millions de francs en trois ans».

Le patron du foot mondial veut aussi arriver conforté au congrès de Moscou, qui désignera le 13 juin prochain l’organisateur du Mondial 2026. Mais les tweets récents de Donald Trump appelant à voter en faveur du trio Etats-Unis/Canada/Mexique contre l’autre candidat, le Maroc, appels assortis de menaces à peine voilées à ceux qui ne les suivraient pas, pourraient finalement «desservir la candidature américaine qu’Infantino a toujours privilégiée et entamer son pouvoir», conclut ce familier du dossier.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL