Quelques semaines avant de participer à son quatrième Tour de Romandie, qui débute ce mardi avec un prologue à Neuchâtel, une vive douleur à la cuisse l’a privé du Circuit de la Sarthe. Pendant une semaine il a donc pu réviser ses concepts, dont celui-ci: «Le mental est secondaire. Quand un cycliste craque dans un col, c’est parce qu’il a été éprouvé physiquement. On a tous une capacité exceptionnelle à résister à la douleur, c’est sur les qualités physiques que ça se joue avant tout.»