John Geddert, l’entraîneur de l’équipe américaine de gymnastique championne olympique en 2012, s’est suicidé jeudi quelques heures après son inculpation pour «travail forcé» et agressions sexuelles sur des athlètes dans le Michigan. «Mes services ont été avertis que le corps de John Geddert avait été retrouvé cet après-midi après qu’il s’est donné la mort», a déclaré la procureure de l’Etat, Dana Nessel, regrettant «la fin tragique d’une histoire tragique».

Dana Nessel avait, plus tôt dans la journée, annoncé que l’ex-entraîneur, âgé de 63 ans, était poursuivi pour abus physiques, verbaux et sexuels sur une vingtaine de jeunes femmes qui s’entraînaient dans son club Twistars, près de Lansing, entre 2008 et 2018.

C’est dans ce même club que travaillait le thérapeute Larry Nassar, ancien médecin de l’équipe américaine de gymnastique au cœur du plus grand scandale sexuel de l’histoire sportive des Etats-Unis. John Geddert était également accusé d’avoir menti à la police au sujet de cet homme, notamment en niant avoir eu connaissance des agressions sexuelles commises par Larry Nassar sur les sportives membres de Twistars.

Troubles à long terme

Selon les documents judiciaires, les charges visant John Geddert incluent des accusations de «trafic d’être humain, travail forcé ayant provoqué des blessures», «travail forcé de mineur», deux faits d'«agression sexuelle» sur une mineure en 2012, «racket» et «faux témoignage». Il a utilisé «la force, la tromperie et la contrainte contre de jeunes athlètes venues vers lui pour s’entraîner à la gymnastique, pour son profit financier personnel», a expliqué à la mi-journée lors d’une conférence de presse Dana Nessel, en évoquant les victimes présumées comme des «femmes jeunes et vulnérables».

Lire aussi: Aux Etats-Unis, un médecin pervers et 159 victimes

L’entraîneur a eu recours à «un conditionnement physique excessif» à l’encontre des gymnastes qui étaient «de manière répétée forcées à s’entraîner même en étant blessées». Il a été l’auteur d'«abus psychologiques et même d’abus physiques comme des agressions sexuelles», a souligné la procureure.

Certaines victimes ont souffert de troubles du comportement comme la boulimie ou l’anorexie, ont tenté de se suicider ou se sont automutilées, a-t-elle précisé. «Beaucoup de victimes portent encore les stigmates de cette attitude, a-t-elle dit. Nous espérons que justice sera rendue pour ces victimes par le biais de ces poursuites.»

140 ans de prison pour Larry Nassar

En tout, il y a moins de 50 victimes qui étaient mineures au moment des faits, a-t-elle précisé. John Geddert devait comparaître devant un tribunal local jeudi après-midi.

Larry Nassar, qui a agressé sexuellement au moins 265 victimes identifiées durant deux décennies, dont plusieurs gymnastes de haut niveau comme la quadruple championne olympique Simone Biles, a été condamné dans trois procès distincts et les peines cumulées représentent au moins 140 années de prison.

Plusieurs victimes de Larry Nassar, qui agressait sexuellement les athlètes – souvent mineures – sous couvert de traitements médicaux, avaient reproché à John Geddert de les avoir forcées à des consultations avec le médecin.

Mais selon la procureure adjointe Danielle Hagaman-Clark, John Geddert était poursuivi «pour ses seuls actes» en tant qu’entraîneur, le seul lien avec Larry Nassar dans cette affaire étant le faux témoignage. Il était visé depuis 2018 par une enquête criminelle ouverte dans la foulée de la condamnation de Larry Nassar et de sa suspension par la Fédération américaine de gymnastique et avait peu après annoncé prendre sa retraite.