Hakeem al-Araibi n’était pas complètement serein à l’heure de prendre l’avion pour la Suisse. La vie lui a appris à avoir «peur d’être arrêté» à chaque fois qu’il est amené à montrer son passeport. Bien malgré lui, ce footballeur semi-professionnel né à Bahreïn voilà 26 ans est devenu un champion de la lutte pour les droits humains et un symbole du rôle que la communauté du sport mondial peut y jouer.

Son témoignage fut l’un des plus puissants du quatrième Sporting Chance Forum, qui a réuni en fin de semaine dernière à Genève athlètes, dirigeants et autres hauts fonctionnaires autour des problématiques liées aux droits humains dans le domaine du sport. Il a permis de rappeler aux différents délégués que derrière les rapports d’enquête, les combats politiques et le nécessaire travail institutionnel se jouaient des destins individuels.