Hermann Maier et Stephan Eberharter ont beau venir tous deux du même pays, ils se haïssent. Le premier méprise le second qui, lui, en marre de faire figure d'éternel «Poulidor» du ski autrichien, derrière son indéboulonnable adversaire. Cette rivalité exacerbée donne souvent lieu à des scènes cocasses. Comme récemment, lors des championnats du monde de St. Anton. Battu par son compatriote lors du super-G masculin, «Herminator» s'est mis à rire à gorge déployée lorsque, quelques instants plus tard, l'Américain Dahron Rahlves s'est emparé à son tour de la plus haute marche du podium devant… Eberharter. Lequel s'est vengé de cet affront en sautant joyeusement quelques jours plus tard dans les bras d'Hannes Trinkl (Autrichien lui aussi), devenu champion du monde de descente devant… Hermann Maier.

La guerre que se livrent les deux ténors de la «Wundermannschaft» s'est encore envenimée hier. Hermann Maier a en effet remporté la descente masculine de Coupe du monde d'Åre, privant du même coup Stephan Eberharter (2e à 35 centièmes) du globe de cristal de la spécialité. Le skieur de Stumm comptait pourtant six points d'avance sur son rival avant cette ultime manche de la saison. Dans l'aire d'arrivée de l'épreuve suédoise, les deux hommes ne se sont pas adressé le moindre regard, alors que le Suisse Franco Cavegn ne cachait pas sa satisfaction de terminer 4e. Un autre skieur helvétique s'est incorporé dans le «top ten» de l'épreuve suédoise: Silvano Beltrametti (6e). Les deux hommes terminent l'un derrière l'autre au classement final de la Coupe du monde de descente. Cavegn (290 points) se classe 6e, Beltrametti (266), 7e. Quant à Didier Cuche, il termine 13e, devancé d'un rang par Bruno Kernen.