Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Stan Wawrinka est ressorti vainqueur d’une bataille de 4h30.
© David Vincent / AP PHOTO

Tennis

Héroïque, Stan Wawrinka arrache sa place en finale

A Roland-Garros, le Vaudois sort le numéro un mondial Andy Murray au terme d’une magnifique bataille en cinq sets (6-7 6-3 5-7 7-6 6-1). Il disputera dimanche la quatrième finale de sa carrière en Grand Chelem. Il a remporté les trois premières

Le public n’y croyait plus, mais lui y croyait encore et, en tennis, c’est bien là l’essentiel. Mené deux manches à une par Andy Murray, Stan Wawrinka est parvenu à renverser la situation et à se qualifier pour la finale de Roland-Garros au terme d’une intense bataille de 4h34 (6-7 6-3 5-7 7-6 6-1). Les deux joueurs sont à associer dans l’éloge. Andy Murray, que l’on n’imaginait pas à pareil niveau après un début de saison décevante, a prouvé que sa place de numéro un mondial n’était pas usurpée.

«Ce match a été incroyable, je suis vraiment heureux de rejouer une nouvelle finale ici, déclara Stan Wawrinka au micro du court Central. Il va bien sûr falloir bien récupérer avant mais j’ai déjà prouvé que je répondais présent en finale.» Son adversaire – la seconde demi-finale entre Rafael Nadal et Dominic Thiem ne débutait qu’à 18h30 et – est prévenu.

Déception surmontée

Wawrinka aurait peut-être pu gagner plus rapidement. Dans la première manche, il mena constamment l’échange, réussit même le premier break, et mena même 5-3 service à suivre avant de se faire rattraper par Murray et de céder dans le tie-break (8-6), après avoir laissé filer une balle de set. On jouait déjà depuis 1h08!

Nullement découragé, le Suisse surmonta sa déception jusqu’à 3-3 puis marqua six jeux consécutifs, pour empocher le deuxième set 6-3 et 3-0 dans le troisième. Cette fois, c’est Andy Murray qui refit son retard, en déployant toute sa science – immense – du jeu défensif, de la couverture de terrain, de l’anticipation et de la maîtrise tactique.

Wawrinka incisif dans le second tie-break

Le mérite de Stan Wawrinka fut, une fois encore, de ne pas lâcher. «Il y a toujours deux manières de voir les choses. La façon négative, c’était de me dire que j’avais manqué des occasions de conclure; mais si je voulais voir cela positivement, je pouvais me dire que j’étais toujours dans le coup.» Au terme d’une quatrième manche superbe, avec plusieurs points d’anthologie mais aucune balle de break pour aucun des deux joueurs, le Suisse se montra le plus incisif dans le tie-break, remporté nettement (7-3).

Quatrième finale de Grand Chelem

Touché au moral, sans doute fatigué par le marathon défensif auquel Wawrinka le soumettait depuis quatre heures, Andy Murray céda trois fois sa mise en jeu dans la manche décisive. Vainqueur des Internationaux de France en 2015, le Vaudois aura l’occasion dimanche d’ajouter un second titre parisien à sa collection, ce que Roger Federer n’a jamais fait. C’est sa quatrième finale de Grand Chelem en quatre ans. Il a remporté les trois premières, à Melbourne contre Rafael Nadal en 2014, à Paris contre Novak Djokovic en 2015, à New York encore contre Novak Djokovic en 2016.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL