JOJ

Du hockey à 3 contre 3, et pourquoi pas?

Les Jeux olympiques de la jeunesse donnent l’occasion aux disciplines sportives de se réinventer en essayant de nouveaux formats. Le hockey sur glace ne s’en prive pas, même si personne n’imagine que sa nouvelle version puisse un jour concurrencer l’originale

Les organisateurs avouaient une petite appréhension quant à la fréquentation de la Vaudoise Aréna lors des nombreuses journées de hockey sur glace des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ). Ce week-end, l’affluence a dû rassurer les responsables: la grande patinoire n’était certes pas pleine, mais elle était loin d’être vide. Il y avait par moments plusieurs milliers de personnes dans les gradins. Un public bigarré de gosses enthousiastes, de familles profitant d’une sortie bon marché et de vrais fans de hockey sur glace curieux d’une des épreuves les plus caractéristiques de l’esprit d’innovation qui anime Lausanne 2020.

Avant les tournois classiques, qui mettront aux prises les sélections nationales féminines et masculines en seconde partie de quinzaine, des jeunes disputent ces jours des tournois à 3 contre 3 (au lieu de 5 contre 5), sur une moitié de la glace environ, avec toujours deux parties disputées en parallèle. Une version «mini», rapide et spectaculaire qui évoque le basket à 3 contre 3, le rugby à 7 ou le beach-volley, et témoigne de la même ambition de démocratisation d’une discipline dans les pays où elle est peu développée.