Morne plaine. Silence de cathédrale, bannières discrètes. Il fallait de l'imagination, hier au Hallenstadion des Lions de Zurich, pour se convaincre que l'événement était sportif. Quelques vivats pour saluer les réussites zurichoises, puis plus rien. Peut-être l'enjeu était-il à ce point nul, du côté du champion en titre, que les fans économisaient leur voix en prévision des play-off. Même la victoire finale 5-3 de leur équipe n'a rien changé à leurs applaudissements polis.

Du côté de Gottéron, en revanche, l'heure était grave. Après leur piteuse prestation de mardi à Coire (défaite 4-2 contre l'avant-dernier), il était question de rachat pour la bande de l'entraîneur Serge Pelletier. Mission: recoller au peloton des qualifiés pour les play-off. Surtout, soigner un moral atteint, à deux jours d'un double rendez-vous capital. Autrement dit, une mission difficile, en l'absence de Jean-Yves Roy, le «key player» fribourgeois (toujours suspendu), et de Gil Montandon (blessé).

Début catastrophique

La rencontre a commencé de la pire des manières pour les Fribourgeois. Un but de Dan Hodgson après 1'24‘' les a d'entrée placés dans cette situation de devoir recoller au score. Même scénario en début de deuxième tiers-temps, lorsque Michel Zieter a redonné une longueur d'avance aux siens après 41 secondes. Entre-temps, Craig Ferguson avait rappelé que Gottéron était bien venu dans l'intention de faire oublier ses péchés grisons. En fin de premier tiers, il s'en est fallu de peu que Goran Bezina, toujours aussi offensif, puis son copain Philippe Marquis ne donnent l'avantage aux Fribourgeois. Mais, contre une équipe qui s'est encore renforcée du défenseur suédois Morgan Samuelson, Mario Rottaris et les siens n'ont pas trouvé de solutions.

Au deuxième tiers, sortis de leur nonchalance, les champions en titre ont accéléré la cadence. Les premières pénalités concédées par Gottéron ont été défendues d'arrache-pied. Mais les forces dépensées ont soudain coûté cher, quand Claudio Micheli a porté le score à 3-1 (37e). La pause est intervenue au bon moment pour permettre aux Fribourgeois de regrouper leurs forces, et l'amorce de la dernière période a redonné une once de suspense au spectacle. De retour sur la glace, c'est en effet le capitaine des Dragons, Mario Rottaris, qui trompait le portier zurichois Ari Sulander (46e). Puis, coup sur coup, Gian Marco Crameri redonnait deux longueurs d'avance aux siens (4-2), et Robert Slehofer concrétisait l'obstination fribourgeoise (4-3). Avant que Peter Jaks ne signe le 5-3 définitif (49e). A dix minutes de la fin du match, la cause était entendue. Malgré un dernier coup de poker des Fribourgeois évoluant à six joueurs de champ durant les dernières secondes, la sirène retentissait dans une ambiance toujours aussi digne d'une kermesse paroissiale.

Il reste donc deux matches à Gottéron pour arracher sa participation aux play-off, samedi contre Langnau, puis le lendemain à Rapperswil. Une victoire lors du premier match leur suffirait, mais à condition que les Emmentalois perdent dimanche à Zurich, et qu'eux, Fribourgeois, conservent leur meilleure différence de buts.