Hockey

Avec les Hockeyades, la fin du sevrage

Les meilleures équipes romandes disputent traditionnellement leurs premières «grosses» rencontres de préparation lors de l’événement organisé à la mi-août à la vallée de Joux. L’occasion d’un pèlerinage pour des supporters impatients de la nouvelle saison

Perchée à 1000 mètres d’altitude dans le Jura vaudois, la vallée de Joux ne manque pas d’attrait en été. Mais ce n’est ni pour randonner dans les verts pâturages, ni pour visiter les chalets d’alpage, ni pour déguster le poisson du lac en terrasse que des visiteurs y monteront par centaines de l’Arc lémanique ce mercredi. Ils feront le déplacement pour assister au premier gros match de préparation du Lausanne HC, prévu à 19h30 contre les Russes du CSKA Moscou sur la glace de la patinoire du Sentier.

En Suisse, la saison de hockey est une orgie de sept mois, et cinquante rencontres par équipe avant même le début des play-off. Dans la foulée de l’épilogue du championnat de Ligue nationale A (le 20 avril cette année), les passionnés ont encore les Mondiaux annuels à se mettre sous la dent. Mais dès le début du mois de juin la pénurie s’installe, et en août les carences menacent. Pour mettre fin à la privation, ils peuvent compter sur les Hockeyades.

La 24e édition de l’événement propose cette semaine une rencontre par soir depuis lundi, jusqu’à samedi. Le CSKA Moscou (champion de la KHL est-européenne) en joue trois, le HK Nitra (vice-champion de Slovaquie) deux, les Brûleurs de Loups de Grenoble (champion de France) un. Et surtout, les trois équipes romandes de Ligue nationale A en disputent deux chacune, alors que leurs supporters ne les ont pas vues à l’œuvre depuis longtemps. C’est ce qui explique le succès populaire du rendez-vous, organisé par la société anonyme qui exploite le Centre sportif de la vallée de Joux.

La fin des derbys

Ce mercredi soir, les gradins de la patinoire du Sentier pourraient accueillir quelque 3000 personnes – vraisemblablement la plus belle affluence de la semaine. «Pour les fans du LHC, c’est devenu une véritable tradition de venir chez nous», acquiesce Laurent Ardiet, qui pilote l’événement depuis dix-sept ans, entre deux sollicitations de responsables des équipes engagées.

Au bout du fil, un habitué confirme, presque en comptant les heures: «Le Sentier, ce n’est pas loin, et pour tous les impatients c’est une bonne occasion de voir les nouvelles têtes de l’équipe, d’en savoir plus sur l’alignement que prépare l’entraîneur, même si à ce stade de la préparation l’effectif va forcément encore évoluer. Il n’y a pas que les ultras qui montent à la vallée de Joux, mais tous les amoureux du club qui n’en peuvent plus de ces mois sans hockey…»

La formule des Hockeyades a beaucoup varié avec le temps. Cette année, pour la première fois, il ne s’agit pas d’un tournoi (avec classement, finales, vainqueur) mais d’une simple succession de matchs «amicaux». Un compromis qui s’explique par le fait que les équipes n’ont pas toutes les mêmes attentes au niveau du nombre de rencontres à jouer sur la semaine, et du type d’adversaires souhaités. Voilà par exemple quelques années que les derbys romands ont disparu du programme. A l’exception de Genève-Servette qui ne s’y opposerait pas, les clubs – qui s’affronteront déjà six fois lors de la saison régulière – préfèrent jouer des formations étrangères.

Accoudé à la bande pendant l’entraînement de ses joueurs, le manager général du HK Nitra Tomas Chrenko comprend parfaitement la problématique. «Nous sommes ici pour la deuxième fois, et ce que nous apprécions tout particulièrement, c’est le fait de ne pas nous préparer en affrontant des équipes que nous retrouverons en championnat. C’est beaucoup plus sain.»

Bulle de tranquillité

Pour remplir la patinoire du Sentier, il n’y avait toutefois pas mieux qu’un bon derby romand. Il faut désormais faire sans. «Il y a plusieurs manières d’analyser le succès des Hockeyades, relativise Laurent Ardiet. Sur l’événement en lui-même, il n’est pas simple d’équilibrer le budget. Nous y parvenons, mais nous ne gagnons pas beaucoup d’argent. Ce qu’il faut prendre en compte, c’est d’une part les affaires qui sont faites au niveau restauration et hôtellerie, et d’autre part les bénéfices en matière de communication pour la vallée de Joux. La présence du CSKA Moscou, peut-être la meilleure équipe européenne, met en valeur nos installations. Elle fait passer le message à toutes les autres formations qu’elles peuvent venir chez nous en toute confiance.»

Ailleurs dans le Jura: Quand La Brévine joue au hockey sur lac

Il y a dans l’effectif russe de véritables stars. Ce mardi, l’équipe a congé. Certains joueurs se baladent au restaurant du Centre sportif en toute décontraction. D’autres regardent distraitement l’entraînement du HK Nitra. Quelques kilomètres plus loin, quelques-uns plaisantent sur la terrasse face au lac de l’Hôtel Bellevue, au Rocheray, dans l’indifférence des retraités qui arpentent les rives. La vallée de Joux, cette bulle de tranquillité… «Les joueurs peuvent se promener, parler avec les gens, faire du vélo, valide Tomas Chrenko. C’est idéal pour renforcer l’esprit d’équipe, car c’est calme.»

Trop calme? Nouveau directeur du Centre sportif, Yann Rohrbach, vit ses premières Hockeyades et il n’a qu’une envie: en (re)faire une véritable fête populaire, qui attirerait bien au-delà du cercle des passionnés de hockey sur glace, par ailleurs nombreux dans la région. «Nous devons travailler sur les animations, la qualité du service, et continuer d’appliquer une politique de prix attractive, de manière à ce que tous les Combiers [les habitants de la vallée de Joux] viennent pour la convivialité, même s’ils ne s’intéressent pas trop aux matchs. Et en parallèle, il faut bien sûr continuer d’avoir une superbe affiche chaque soir.»

Car c’est bien pour le hockey que des mordus se déplacent de toute la Suisse romande.


Les matchs (tous les jours à 19h30)

Lundi: Fribourg-Gottéron – HK Nitra 4-2

Mardi: Genève-Servette – HK Nitra 6-1

Mercredi: Lausanne HC – CSKA Moscou

Jeudi: Genève-Servette – CSKA Moscou

Vendredi: Fribourg-Gottéron – CSKA Moscou

Samedi: Lausanne – Brûleurs de Loups Grenoble

Publicité