Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Mohamed Salah faisant une surprise à des enfants lors d’une opération promotionnelle organisée par le club de Liverpool, le 14 mars 2018.

Football

Ian Rush: «Mo Salah sait qu’il va marquer»

L’ancienne légende des Reds se réjouit de la transformation spectaculaire de Mohamed Salah, feu follet devenu buteur clinique de Liverpool, qui reçoit mardi l’AS Roma en demi-finale aller de la Ligue des champions

Le soleil de midi est presque aveuglant pour ses yeux de husky. Chemise blanche et cravate club, Ian Rush a tombé la veste pour profiter de cette belle journée de printemps et de la superbe vue qu’offre la terrasse de l’UEFA, au bord du Léman. L’avant-centre mythique du grand Liverpool des années 80 est devenu l’ambassadeur du club lors des tirages au sort à Nyon. A 56 ans, «Rushie» a conservé la ligne de ses belles années. Il a sans doute même perdu quelques grammes, puisqu’il a rasé sa célèbre moustache.

A Nyon, le sort a offert l’AS Roma à Liverpool en demi-finale de la Ligue des champions. Un remake de la finale de 1984, remportée à Rome par Liverpool aux tirs au but (1-1, 4-3). Ian Rush y était. Cette année-là, il gagnait aussi le Championnat d’Angleterre, la Coupe de la Ligue et le Soulier d’or européen, à une époque où cela ne suffisait pas pour obtenir le Ballon d’or (4e).

Trente ans après, le Gallois est toujours le meilleur buteur de l’histoire des Reds (346 buts). Il pourrait bien perdre son record du plus grand nombre de buts (47) marqués pour Liverpool sur une saison. Mohamed Salah en est à 41. L’Egyptien, désigné dimanche meilleur joueur de Premier League par ses pairs, est le joyau des Reds de Jürgen Klopp. Loin de prendre ombrage de la popularité grandissante du nouveau héros du Kop, Ian Rush se réjouit de l’avènement de celui qu’il décrit comme «a joy to watch».

Lire également: Ilkay Gündogan: «Klopp est plus dans l’émotion que Guardiola»

Le Temps: Que vous inspire la première saison à Liverpool de Mohamed Salah?

Ian Rush: Oh, il est absolument sensationnel! Il me rappelle Luis Suarez et Fernando Torres à leurs débuts. Il est au même niveau, vraiment. C’est une joie de le voir jouer, pas seulement parce qu’il marque beaucoup de buts mais aussi parce qu’il en crée tout autant.

En Suisse, lors de son passage au FC Bâle, nous avons connu un Salah déjà très rapide, qui se procurait beaucoup d’occasions de but mais qui en manquait beaucoup également. Il semble avoir corrigé ce défaut.

Chez nous aussi au début, peut-être les cinq ou six premiers matches, il était très rapide mais manquait parfois la finition. Ensuite il a pris confiance, avec l’aide du manager et le soutien du public. Maintenant, dans une situation de but, il ne réfléchit pas à ce qu’il doit faire, il sait qu’il va marquer. Le but qu’il met contre Manchester City [égalisation à 1-1 lors du quart de finale retour de Ligue des champions] est incroyable!

Ce but est vraiment le symbole de sa transformation: il ne frappe pas mais lève juste la balle au-dessus du défenseur.

Exactement. Un geste clinique. Pour un jeune joueur qui était encore très émotif devant le but il y a quelques années, c’est très impressionnant. Désormais, dans la surface de réparation, il est très calme et posé. Le ballon reste dans ses pieds, il prend le temps de respirer, il attend peut-être une seconde de plus et cela lui donne un avantage décisif.

Quand Salah marque, il ne court pas vers les fans en montrant son nom au dos de son maillot; au contraire, il va tout de suite remercier le passeur.

Il est aussi très calme après le but. Vous appréciez cela?

Oui, parce qu’il est un peu de l’ancienne école. Quand il marque, il ne court pas vers les fans en montrant son nom au dos de son maillot; au contraire, il va tout de suite remercier le passeur. Et du coup, celui-ci a envie de recommencer à lui donner de bons ballons. Je pense que c’est aussi ce qui le rend spécial.

En tant que meilleur buteur de l’histoire du club, vous arrive-t-il de le conseiller?

A la fin de la journée, il faut que chacun reste dans son rôle. C’est comme cela que ça marche dans les grands clubs. Il m’arrive de discuter avec Jürgen Klopp, mais c’est lui qui conseille Mohamed Salah et il fait un super travail avec lui.

Son entente avec Sadio Mané et Roberto Firmino est d’ailleurs excellente alors qu’ils pourraient se jalouser.

Ce front three est absolument fantastique. Firmino travaille vraiment très dur sur le front de l’attaque, Salah se promène un peu partout et Mané, lorsqu’il joue, est très dangereux. Il est très difficile d’empêcher l’un ou l’autre de marquer, d’autant que chacun joue pour les autres avant de jouer pour lui-même. C’est pour moi le meilleur trio d’attaque actuellement en Europe.

Selon vous, pourquoi n’a-t-il pas réussi à Chelsea [de janvier 2014 à février 2015]? Etait-il encore un peu trop tendre pour la Premier League?

Je pense qu’on ne lui a pas donné sa chance. C’est le problème avec José Mourinho, il préfère les joueurs d’expérience. Il est arrivé la même chose avec Kevin De Bruyne. Mais je pense que ces deux joueurs ont appris de cette expérience et qu’ils en sont devenus plus forts. Salah est ensuite allé à la Roma mais quand il est venu chez nous, il avait déjà une expérience de la Premier League, il savait qu’en plus du talent il faut du caractère pour réussir en Angleterre.

Avec Salah, est-ce que Liverpool peut gagner la Ligue des champions?

Oui, pourquoi pas? Sans lui, ce serait difficile, mais avec lui nous avons toutes nos chances. Nous sommes en demi-finale, tout peut arriver. Et je pense que la Roma aurait aimé que Salah soit encore avec eux. Heureusement, il jouera en rouge.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL