Il n’est pas fréquent d’interviewer un dirigeant sportif portant queue-de-pie et haut-de-forme. A peine sorti de la tribune officielle de la Royal Dublin Society, Ingmar De Vos s’assoit sans formalisme à un coin de table de la salle de presse. Derrière la baie vitrée, des limousines emplies de dames en robes pastel et bibis élisabéthains glissent au rythme lent des cuivres d’une lointaine fanfare. Dans cette ambiance de fin de banquet de noces, le président belge de la Fédération équestre internationale (FEI) fait le point sur un sport qui n’est pas tous les week-ends aussi festif et populaire qu’en Irlande.

Lire aussi: La Suisse en selle pour une médaille par équipe