Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Geneva open

Ion Tiriac promet «du jamais-vu» aux VIP genevois

Le copropriétaire du futur tournoi ATP de Genève (17 au 23 mai) entend mettre sur pied un événement aux importantes retombées économiques

Copropriétaire du Geneva Open, Ion Tiriac a fait le show jeudi lors de la conférence de presse de présentation de ce tournoi ATP 250 (terre battue, 467 000 euros) qui aura lieu du 17 au 23 mai au parc des Eaux-Vives. Planqué derrière de grandes lunettes fumées et sa légendaire moustache, l’ancien partenaire de double du facétieux Ilie Nastase cache un humour pince-sans-rire qui a ravi l’assistance, très nombreuse à l’hôtel Métropole. Le Roumain a d’abord déclaré son admiration pour la Suisse, «un pays petit comme ça sur la carte mais qui est devenu très important dans le monde du tennis grâce à deux joueurs extraordinaires. Je vous félicite d’avoir gagné la Coupe Davis car moi, malgré trois finales, je n’y suis jamais parvenu, à cause de Nastase bien sûr.»

Tiriac a ensuite multiplié les bons mots, s’adressant tour à tour à Marc Rosset («Dépêche-toi si tu veux demander une wild card, le sénateur Nastase en veut une également»), Sami Kanaan («Genève a de telles potentialités! Vous devez être le maire le plus riche d’Europe!») et Stan Wawrinka («C’est toi le chef ici, maintenant; l’autre, Roger, c’est qui? Ton secrétaire?»). Succès garanti.

Mais c’est lorsqu’il se met à parler sérieusement que Ion Tiriac devient particulièrement intéressant. Changeant subitement de ton, il s’est engagé «à offrir au public genevois ce qu’il n’a encore jamais vu». Ion Tiriac ne parle pas de tennis mais de service VIP. «Nous ne faisons pas un tournoi mais un événement, nous ne nous adressons pas seulement à des spectateurs mais aussi à des clients. Aujourd’hui, les VIP représentent 20% des places mais 80% des recettes.» Le prix des loges VIP, accessibles à partir de 20 000 francs, n’est selon lui «pas excessif». «A Roland-Garros, je paye 80 000 euros et je n’ai pas droit à un café ni à un verre d’eau. A Genève, je vous promets que vos invités auront quelque chose qu’ils n’ont encore jamais vu.» Puis, se tournant à nouveau vers Sami Kanaan, Ion Tiriac a pris sa grosse voix et un ton presque solennel. «Je vous promets, et je m’engage si besoin à le faire constater par une société d’audit indépendante, que les trois millions de francs investis dans le Geneva Open rapporteront au moins dix fois plus à la Ville de Genève en retombées économiques directes ou indirectes.» Une centaine de pays dans le monde retransmettra les images du tournoi.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL