Iouri Podlatchikov (21 ans) entamera l’épreuve de half-pipe avec l’étiquette de principal contradicteur de Shaun White sur le dos. Après des débuts passés totalement inaperçus il y a quatre ans à Turin (37e), le «rider» d’origine russe a énormément progressé et fait désormais partie des tous meilleurs spécialistes d’une discipline dominée par les Américains.

Bien que la médaille d’or soit promise par tout le monde au légendaire Shaun White, le Zurichois ne partira pas battu pour autant. Lors des récents X-Games, «I-Pod» est passé tout proche d’un crime de lèse-majesté en terminant deuxième à quelques encablures de White. Ainsi, à Cypress Mountain sur les hauteurs de Vancouver, il pourrait ramener la quatrième médaille au camp helvétique, voire même le quatrième titre olympique si tout se passe sans la moindre anicroche.

Q: Vous avez récemment inquiété Shaun White sur ses terres lors des X-Games. Etait-ce important de marquer les esprits à quelques semaines des Jeux olympiques ?

R: «Lors de cette compétition, tout s’est déroulé à merveille. J’ai parfaitement réalisé une figure que je n’avais pas tenté depuis un certain temps. C’était particulièrement important pour la préparation et je sais désormais à quoi m’en tenir concernant la concurrence. Je connais parfaitement mon programme et je dois désormais l’exécuter à la perfection.»

Q: Les Américains ont fait preuve d’un grand respect à votre égard. Les X-Games ont peut-être rendu Shaun White nerveux.

R: «A sa place, je serais également nerveux! Il n’est pas le chasseur mais la proie et se trouve ainsi toujours sous pression. On me souhaite la victoire alors que les gens attendent de Shaun White qu’il s’impose. Ma position est plus aisée.»

Q: Vous êtes fréquemment cité parmi les principaux concurrents de White. Cela doit être un honneur pour vous.

R: «C’est effectivement un compliment. En tant que sportif et en tant qu’être humain, il évolue une classe au-dessus de tout le monde. J’ai récemment lu qu’il avait gagné son premier million à 13 ans déjà. Avoir la chance de faire partie des principaux concurrents d’une superstar comme lui est très stimulant.»

Q: Que se passe-t-il actuellement dans votre tête ?

R: «Pour l’heure, il n’y a que trois choses qui comptent pour moi. Les entraînements, la qualification et la finale. Si près du début de la compétition, tout le reste devient secondaire.»