Football

Issa Hayatou est tombé, le foot africain a un nouveau président

En poste depuis 1988, le Camerounais est battu par le Malgache Ahmad Ahmad, élu jeudi président de la Confédération africaine à la surprise générale

Le baobab est tombé. Indéracinable président de la Confédération africaine de football (CAF) depuis 1988 (oui, dix ans avant Sepp Blatter!), le Camerounais Issa Hayatou (70 ans) n’a pas été réélu pour un huitième mandat jeudi à Addis-Abeba. Les dirigeants des 54 fédérations africaines lui ont préféré le Malgache Ahmad Ahmad, élu à une très large majorité (34 voix contre 20).

Une véritable humiliation pour Hayatou qui, jusqu’à présent, avait toujours transformé les élections en plébiscites. Le Prince de Garoua, qui avait survécu aux frondes, aux purges, aux descentes de police, et même à une transplantation rénale, s’est sans doute cru invincible. N’avait-il pas été nommé président intérimaire de la FIFA entre décembre 2015 et février 2016, malgré les rumeurs qui courent sur son compte depuis des années?

Rumeurs démenties

A la FIFA, Issa Hayatou a soutenu l’an dernier la candidature du prince Salman, battu par Gianni Infantino. Le Valaisan, présent à Addis-Abeba en tant que président de la FIFA, est soupçonné d’avoir pesé de tout son poids pour faire élire Ahmad Ahmad. «Gianni Infantino est un grand ami de l’Afrique», reconnaissait Ahmad Ahmad avant le vote dans une interview à France Football. «Grâce à sa réforme, l’Afrique bénéficiera de plus de places en Coupe du monde à partir de 2026. Il a nommé une Sénégalaise, Fatma Samoura, au poste de numéro 2 de la FIFA et cela a été salué sur le continent. De là à dire qu’il est celui qui se cache derrière ma candidature, c’est ne pas me connaître.»

Ancien joueur et entraîneur devenu ministre (de la pêche), Ahmad Ahmad (54 ans) a fait campagne sur le besoin de changement de la CAF. Il promet «une transparence dans la gestion» et la fin des «pratiques obsolètes». Son nom est pourtant cité dans l’affaire de corruption autour de l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Selon le Sunday Times, il aurait vendu sa voix, ce qu’il dément.

Publicité