Jacques Rogge (66 ans) a annoncé, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, qu'il sera candidat à sa propre succession pour un second mandat de quatre ans à partir de 2009. «Comme le règlement le veut, j'ai informé les membres du CIO de ma décision. Je serai candidat à un second mandat», a déclaré le président du Comité international olympique (CIO). «Je pense avoir été utile ces dernières années et je crois que je pourrai encore être utile au CIO dans le futur», a-t-il ajouté avant de défendre son bilan.

D'autre part, Jacques Rogge a apporté son soutien à l'idée dite du «6+5» de Joseph Blatter, président de la Fédération internationale de football (FIFA), qui veut limiter le nombre de joueurs étrangers dans les équipes.

Même s'il se heurte depuis plusieurs mois au veto de la Commission européenne, le patron de la FIFA souhaite poursuivre les négociations sur l'introduction d'une règle qui obligerait les équipes à aligner au minimum six joueurs locaux - provenant du pays où a lieu le championnat - et au maximum cinq joueurs étrangers.

«Je défends également cette idée», a indiqué M. Rogge. «Et le CIO n'est pas le seul à soutenir ce projet. Tous les comités olympiques européens ainsi que les grandes fédérations sont favorables à cette très bonne idée. Nous sommes tous derrière Blatter», a-t-il insisté.

Le dirigeant belge a toutefois reconnu que, si les dirigeants sportifs «proposent», ce sont les «politiques qui décident». «Les gouvernements doivent se rendre compte que le sport est bien plus qu'une activité économique. C'est aussi un facteur d'intégration sociale, d'éducation et de santé», a-t-il poursuivi.

Dans l'hebdomadaire France Football, Michel Platini, big boss de l'UEFA et ami de Sepp Blatter, apporte une dissonance: «Le 6+5 est illégal. Vous croyez que je vais aller contre les gouvernements? Je ne peux pas. Si certains veulent mener ce combat, qu'ils le fassent. Mais tous ceux que je rencontre me disent que ça ne marchera jamais.»