Mauvais revers à Porte d’Auteuil. La Japonaise Naomi Osaka (2e au classement mondial) renonce à Roland-Garros. Engagée dans un bras de fer avec les organisateurs de la compétition pour son refus de participer aux conférences de presse, la joueuse a détaillé les raisons de sa décision lundi soir sur les réseaux sociaux.

Lire aussi: A Roland-Garros, Naomi Osaka est menacée de suspension pour son refus de parler à la presse

«C’est une situation que je n’avais pas imaginée ni cherchée quand j’ai tweeté il y a quelques jours, commence Naomi Osaka. Je pense que, maintenant, la meilleure chose pour le tournoi, les autres joueuses et mon bien-être est que je me retire pour que chacun puisse se reconcentrer sur le tennis.»

«Je vais me retirer un certain temps des courts mais, le moment venu, je veux vraiment travailler avec le circuit pour discuter des moyens d’améliorer les choses pour les joueurs, la presse et les fans», annonce-t-elle également, sans davantage de précision. «Je n’ai jamais voulu créer de perturbation et je reconnais que le timing n’était pas idéal et que mon message aurait pu être plus clair», s’excuse-t-elle.

«Une issue malheureuse»

Le retrait de Naomi Osaka du tournoi de Roland-Garros «est une issue malheureuse», a déclaré le président de la Fédération française de tennis Gilles Moretton après l’annonce de la joueuse. «Nous sommes désolés et tristes pour Naomi Osaka. Le retrait de Naomi de Roland-Garros est une issue malheureuse. Nous lui souhaitons le meilleur et le plus prompt rétablissement possible et nous espérons revoir Naomi à notre tournoi l’année prochaine», a déclaré Gilles Moretton. La deuxième meilleure joueuse mondiale avait annoncé mercredi son intention de refuser les conférences de presse à Roland-Garros pour protéger sa santé mentale.

Amende de 15 000 dollars

La jeune femme a été sanctionnée d’une amende de 15 000 dollars (13 500 francs suisses) pour avoir refusé de se présenter en conférence de presse dimanche et était menacée de disqualification. «Naomi Osaka a décidé […] de ne pas se conformer à ses obligations médiatiques contractuelles. Le juge-arbitre de Roland-Garros a donc décidé de lui appliquer une amende de 15 000 dollars conformément à l’article III H. du Code de conduite», indiquait un communiqué de Roland-Garros cosigné par les organisateurs des quatre tournois du Grand Chelem.