Jérémy Desplanches a tout fait pour ne pas couler sous la pression. Il est arrivé à Gwangju, en Corée du Sud, en affirmant que les Championnats du monde de natation n’étaient qu’une étape vers les Jeux olympiques de Tokyo en 2020, son objectif prioritaire. Mercredi encore, après avoir signé le meilleur temps des demi-finales du 200 mètres quatre nages, le Genevois de 24 ans répétait comme un mantra son ambition de terminer parmi les cinq premiers. Pas davantage. Mais il a fait beaucoup mieux en décrochant une brillante deuxième place à 42 centièmes du Japonais Daiya Seto.

C’est un authentique exploit à l’échelle de la natation helvétique. Il n’est que le cinquième Suisse à monter sur le podium des Mondiaux après Marie-Thérèse Armentero (troisième du 50 mètres libre en 1986), Dano Halsall (deuxième du 50 mètres libre en 1986), Flavia Rigamonti (deuxième du 1500 mètres libre en 2001, 2005 et 2007) et Swann Oberson (première sur 5 kilomètres en eaux libres en 2011).

Record de Suisse

Lors de sa finale à Gwangju, Jérémy Desplanches a réalisé un excellent départ qui lui a permis de pointer en tête après les premiers cinquante mètres, nagés en papillon. Il n’a ensuite pas pu résister au retour de Daiya Seto, déjà deux fois champion du monde du 400 mètres quatre nages (en 2013 et 2015). Le Genevois en a profité pour battre son propre record de Suisse (qu’il avait déjà amélioré la veille) en le fixant désormais à 1'56"56.

Lire aussi: Pour briller, l’exil comme seul chemin

Il continue de récolter les fruits de son investissement à corps perdu dans sa discipline. Installé depuis plus de cinq ans à Nice pour s’entraîner dans les meilleures conditions, il a déjà décroché un titre de champion d’Europe dans la même spécialité l’été dernier à Glasgow. Aux Jeux olympiques de Tokyo, il ne pourra pas se cacher: il portera pour la Suisse de réels espoirs de médaille.