Les Suisses qui avaient complètement raté leur slalom à Wengen, ont redressé la tête à Kitzbühel, grâce à Silvan Zurbriggen. Le jeune Valaisans a réalisé une formidable deuxième manche pour finalement prendre la 7e place d'une épreuve remportée par le Finlandais Kalle Palander, devant les Autrichiens Rainer Schoenfelder et Heinz Schilchegger. Crédité du premier temps sur le deuxième tracé, Silvan Zurbriggen a obtenu son meilleur classement en slalom depuis ses débuts en Coupe du monde.

Samedi, Daron Rahlves avait remporté la descente «courte» de Kitzbühel. Sur un parcours tronqué en raison du brouillard, le cascadeur de Truckee a brûlé la politesse à Didier Cuche et Kjetil Andre Aamodt. Escamotée d'une partie de ses passages techniques, la Streif s'est muée en parcours pour «hurdlers» sur lequel la moindre erreur s'avérait fatale. A ce petit jeu, le roi du sprint ne pouvait être quelqu'un d'autre qu'un rock'n'roller américain.

Sans scrupule, Daron Rahlves a – pour la deuxième fois après la descente de Kvitfjell en 2000 – privé Didier Cuche des joies de la victoire pour un souffle. Sur sa piste fétiche, le Neuchâtelois aura finalement concédé cinq centièmes au lauréat du jour. Si, pour certains, une deuxième place à Kitzbühel peut pratiquement s'apparenter à une quatrième aux Jeux olympiques, «Koukè» semblait parfaitement s'en accommoder: «Une deuxième place est toujours bonne à prendre, surtout ici.»

L'amoureux de la station autrichienne n'oubliait pas non plus de rendre hommage à la foule: «Le public de Kitzbühel est fantastique, il a un respect pour les concurrents que l'on ne retrouve pas ailleurs. A Wengen, les spectateurs te disent: «Vas-y à fond, fais mieux que l'an dernier.» Ici, les supporters autrichiens te lancent: «Bonne chance. S'il te plaît, pense à nous, freine un peu!»

Une fois encore, le Neuchâtelois ne les a pas écoutés. Pas plus que Kjetil Andre Aamodt. Comme à son habitude, le routinier norvégien retrouve la forme avant les événements particuliers. Sans complexe, celui-ci a privé l'Autriche et Stephan Eberharter d'une troisième place pour 1 centième.

A une semaine de la cérémonie d'ouverture des Mondiaux de Saint-Moritz, Rahlves refusait de faire des projets précis: «Je savoure l'instant présent. Je ne suis encore jamais allé à Saint-Moritz, alors on verra bien», lançait-il, évasif. Dans l'aire d'arrivée, un autre homme affichait un sourire de circonstance. A l'inverse de ses compatriotes, Hermann Maier pouvait être satisfait de son formidable sixième rang. «Herminator» a parfaitement assuré le coup et relancé un pavé dans la mare autrichienne.

Anja Pärson rafle tout

Côté féminin, Anja Pärson (21 ans) a dominé sans partage les épreuves disputées ce week-end à Maribor. Vingt-quatre heures après sa victoire aisée en géant samedi, la jeune Suédoise a enlevé le slalom de dimanche. Les Suissesses ont une nouvelle fois déçu.

Anja Pärson apprécie tout particulièrement la piste slovène, sur laquelle elle est désormais invaincue depuis quatre courses. Elle a réussi un week-end parfait, malgré un public entièrement acquis à la cause de sa plus grande rivale dans la discipline, Janica Kostelic. Les supporters croates n'ont, d'ailleurs, pas hésité à lui jeter des boules de neige durant ses manches.

LT