Il est 18 h 38. L'équipe de Suisse des «moins de 21 ans» est virtuellement qualifiée pour les demi-finales de l'Euro et fantasme toujours davantage sur une possible participation aux Jeux olympiques d'Athènes. Appliqués et entreprenants dans le désert pluvieux du stade Carl-Benz de Mannheim, les joueurs de Bernard Challandes viennent d'ouvrir le score, grâce au Saint-Gallois Tranquillo Barnetta, face à une Suède assurée de la première place du groupe B et manifestement démobilisée. Et comme dans le même temps à Mayence, le Portugal mène devant l'Allemagne, les «M21» helvétiques naviguent dans l'onirisme le plus complet.

Plus doux est le rêve, plus rude le réveil. Conjuguée à celle de la «Mannschaft», l'égalisation des Suédois, sortis de leur torpeur en fin de première mi-temps, a fait retentir le méchant son du glas aux oreilles de jeunes Suisses jusqu'ici gorgés d'espoir. La suite des opérations ressemble à un cruel remplissage. Malgré une indéniable bonne volonté, en dépit des vociférations constantes d'un Bernard Challandes remonté comme un coucou pour son retour de suspension, les «Rougets» ne parviennent pas à modifier le cours des choses. Cœur en berne et ressort cassé, ils s'effacent peu à peu devant une seconde garniture scandinave libre de toute pression et désireuse de se signaler favorablement à l'attention de son coach en vue de la demi-finale de samedi face à la Serbie/Monténégro. Visiblement peu sensible au dépit adverse, l'attaquant de Malmö Markus Rosenberg profite des béances offertes au sein de l'arrière-garde helvétique pour démontrer ses qualités de buteur et marquer à deux reprises (62e et 88e).

Il est 20 h 04. L'équipe de Suisse des «moins de 21 ans» quitte le terrain la tête basse, truffée de regrets. Un bref coucou adressé à la grappe de supporters rouge à croix blanche, une douche qu'on n'imagine pas réparatrice et une dernière nuit à Darmstadt avant de regagner le pays… L'aventure allemande s'achève sur un goût amer, accentué par la victoire finale du Portugal (2-1), puisque ce résultat aurait été idéal en cas de succès suisse. «Je n'ai strictement rien à reprocher à mes joueurs, dont la jeunesse et un relatif manque de lucidité ont constitué les seules faiblesses», a commenté Bernard Challandes, réconfortant à l'issue des débats.

Avec un point en trois matches lors de cet Euro, la Suisse n'a certes pas affolé les compteurs. Mais au-delà de la déception sportive surgit une réelle satisfaction. Alignant, et de loin, la plus jeune équipe du tournoi, les «M21» ont perdu de justesse face à l'Allemagne, en partie à cause du coaching frileux de l'entraîneur assistant «Bigi» Meier. Ils ont tenu tête à des Portugais réputés pour l'excellence de leurs sélections de jeunes. Et ils ont réalisé une remarquable première mi-temps avant de lâcher prise devant la Suède. Présente parmi les huit meilleures nations du continent pour la deuxième fois consécutive, la Suisse ne cesse de se découvrir des joueurs de talent.

Là se situe la meilleure des nouvelles. Outre l'attaquant Johan Vonlanthen, retenu par Jakob Kuhn pour disputer l'Euro des «grands» au Portugal, et le stratège Davide Chiumiento, qui serait sans doute aussi du voyage s'il ne tenait pas tant à jouer un jour pour l'Italie, plusieurs éléments ont attiré l'attention. Invité de dernière minute, le futur ex-Servettien Fabrizio Zambrella, encore un peu léger, a confirmé l'étendue de ses dons. Le défenseur Philippe Senderos, après une première saison pourrie par les blessures à Arsenal, a démontré que l'avenir lui appartenait. Et la paire de récupérateurs axiaux, composée par les révélations Baykal Kulaksizoglu et Rijat Shala, respectivement de souches turque et albanaise, promet beaucoup.

Le football suisse n'ira pas à Athènes. Mais il a trouvé durant cet Euro «M21» de belles raisons d'envisager l'avenir avec sérénité.

Carl-Benz-Stadion

Mannheim

1000 spectateurs

suisse 1 (1)

suède 3 (1)

Arbitre: Benes (Tch).

Buts: 22e Barnetta 1-0. 39e Jaggy (autogoal) 1-1. 64e Rosenberg 1-2. 88e Rosenberg 1-3.

Suisse: Wölfli; Nef, Rochat, Senderos (70e Lichtsteiner), Jaggy; Barnetta, Shala (67e D. Degen, 88e Callà), Baykal, Zambrella; Chiumiento, Vonlanthen.

Suède: Sandqvist; Melander, Gerrbrand (46e Antonsson), P. Nilsson, Järdler; Djuric, Johansson, Andersson (77e Stefanidis); L. Nilsson, Hysen (67e Farnerud); Rosenberg.

Notes: Suisse sans Eggimann (blessé). Suède sans Ishizaki (suspendu). Avertissements: 71e Melander, 73e Jaggy, 83e Barnetta, 84e P. Nilsson.