En annonçant le 24 mars dernier le report d’une année des Jeux de la XXXIIe olympiade de l’ère moderne, le CIO a immédiatement précisé qu’il garderait le même nom: les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020. Mais l’événement, lui, sera très différent de ce qu’il devait être.

Le surcoût de l’organisation, estimé entre 2 et 6 milliards de dollars (sur un budget qui s’élevait avant la pandémie à 12,6 milliards), contraint les organisateurs à essayer de réaliser des économies partout où cela semble possible. Les responsables de l’édition suivante, Paris 2024, sont également en train de prendre la mesure de la crise actuelle. Plus les semaines passent, plus le monde du sport réalise qu’il sera impossible de reprendre sa marche en avant après la pandémie comme après n’importe quelle pause entre deux saisons. Les stigmates de la crise seront profonds et durables.