Les Jeux olympiques de Tokyo auront lieu! Les organisateurs ont voulu rassurer les sportifs du monde entier et les acteurs du mouvement olympique vendredi au lendemain de la déclaration d’état d’urgence par le gouvernement japonais pour faire face à une nette recrudescence de la pandémie.

«Cette déclaration d’urgence offre une opportunité de maîtriser la situation du Covid-19 et de faire en sorte que Tokyo-2020 planifie des Jeux sûrs et sécurisés cet été, et nous allons procéder aux préparatifs nécessaires en conséquence», ont insisté les organisateurs dans un communiqué.

Pour les responsables de Tokyo-2020, l’état d’urgence ne fera pas dérailler leurs plans. Ils ont exclu, comme ils l’ont déjà fait à plusieurs reprises, un nouveau report des Jeux, qui devaient initialement avoir lieu en 2020 et qui ont été reportés d’un an, du 23 juillet au 8 août 2021.

Grosse troisième vague au Japon

Jeudi, le Premier ministre Yoshihide Suga a en effet annoncé qu’un état d’urgence d’une durée d’un mois couvrirait la région du grand Tokyo à partir de vendredi.

Mais il a aussi répété que son pays s’était engagé à organiser des JO «sûrs et sécurisés», et il est convaincu que l’opinion publique, actuellement méfiante, changera d’avis lorsque le Japon commencera sa campagne de vaccinations, prévue à partir de fin février.

Lire aussi: Bientôt l’état d’urgence pour les Jeux de Tokyo

Le Japon a été relativement épargné jusqu’ici par la pandémie comparé à d’autres pays, avec moins de 3900 décès officiellement recensés depuis janvier 2020.

Mais le pays subit depuis novembre dernier une troisième vague bien plus importante que les deux premières. Près de 7500 nouveaux cas positifs ont été recensés jeudi au niveau national, dont quelque 2500 à Tokyo, soit deux nouveaux records.

Méfiance à l’égard des JO

Une recrudescence de la pandémie dans un contexte de méfiance toujours forte à l’égard des JO. Au cours des derniers mois, de multiples sondages ont rapporté qu’une majorité de Japonais était favorable à un nouveau report des JO, voire à une annulation pure et simple, en raison du coronavirus.

Dès l’annonce de l’état d’urgence, des experts médicaux ont toutefois souligné la portée limitée de cette mesure qui ne revêt aucun caractère contraignant.

Les restaurants et bars sont appelés à cesser de servir de l’alcool après 19h et à fermer leurs portes à 20h. Il est recommandé aux habitants d’éviter les sorties non indispensables le soir et les entreprises sont incitées à privilégier le télétravail. En revanche, les écoles ne sont pas fermées.

Mais le mouvement olympique s’inquiète à l’image du Canadien Dick Pound, membre du Comité international olympique (CIO): selon des propos rapportés jeudi par la BBC, il a affirmé qu’il ne pouvait «être certain» que les Jeux se dérouleraient comme prévu en raison de l’inconnue sur les «poussées» de contaminations.

Panoplie de mesures antivirus

En début de semaine, ce même Dick Pound avait déclaré que les sportifs devraient se voir accorder une priorité élevée pour le vaccin afin de garantir que les Jeux puissent avoir lieu. «C’est une décision que chaque pays doit prendre», a estimé le responsable canadien à Sky Sports mercredi. «Certains diront qu’ils sautent la file d’attente, mais je pense que c’est la façon la plus réaliste d’aller de l’avant».

Lire aussi: L’incertitude, la nouvelle norme olympique

Le président du CIO Thomas Bach avait assuré de son côté que l’organisation «ferait de grands efforts» pour s’assurer que le maximum de participants et de spectateurs soient vaccinés avant les Jeux.

Avant même l’annonce de vaccins, les organisateurs avaient dévoilé une panoplie de mesures antivirus qui, selon eux, permettront à l’événement de se dérouler même si la pandémie n’est pas encore maîtrisée.

Si les Jeux ont lieu finalement, ils figureront parmi les plus chers de l’histoire: 13 milliards d’euros, un budget alourdi par le report et les mesures sanitaires.