Scientifique et marathonienne, Joanna Harper a publié en 2015 une étude sur les performances sportives des athlètes transgenres, en se basant notamment sur sa propre expérience. Elle a démontré que son temps de course avait diminué après son traitement pour faire baisser son taux de testostérone. Physicienne médicale dans l’Oregon, elle a commencé sa transition en août 2004. Quatre mois plus tôt, le CIO avait rendu une décision historique: celle d’ouvrir les JO aux athlètes transgenres, à des conditions strictes (notamment un taux de testostérone à ne pas dépasser).