tournoi

Les joueurs de l’US Open étouffent dans la moiteur de New York

Cette nuit, Roger Federer l’a aisément emporté face à Yoshihito Nishioka, tandis que Patty Schnyder s’inclinait. Les conditions météo du tournoi, jugées «extrêmes», provoquent moult abandons. Les organisateurs accordent des bonus de pause

Températures dépassant les trente-cinq degrés, humidité accablante: l'US Open, où Novak Djokovic s'est fait une frayeur pour ses premiers pas mardi, au contraire de Roger Federer, est plongé sous une chaleur étouffante. Il n'y a qu'à voir les corps ruisselants, les tenues imbibées et les visages rougis des joueuses et des joueurs pour comprendre.

«Une humidité infernale»: lundi soir déjà, après son match face à son compatriote David Ferrer qui avait tourné au concours de tee-shirts mouillés, le N.1 mondial Rafael Nadal – qui avait demandé en vain un ventilateur – avait dressé le tableau.

Les abandons fleurissent

Mardi, les abandons ont fleuri sur les courts new-yorkais. Le mouvement a commencé avec l'Argentin Leonardo Mayer. Puis le Lituanien Ricardas Berankis et le qualifié italien Stefano Travaglia, victime de crampes, ont suivi en début d'après-midi. Soit près de la moitié (3 sur 8) des matches masculins terminés jusqu'alors. Ont ensuite complété la liste le Russe Mikhail Youzhny et le Serbe Filip Krajinovic.

Des «conditions extrêmes» qui ont conduit les organisateurs à accorder dix minutes de pause entre les troisième et quatrième sets des simples messieurs, une règle mise en place pour la toute première fois à l'US Open et qui sera reconduite «au jour le jour».

Patty Schnyder s'incline

Ca n'a pas empêché la N.2 mondiale Caroline Wozniacki, l'Allemande Angelique Kerber (4e), la Tchèque Petra Kvitova (5e) et la Française Caroline Garcia (6e), comme l'Allemand Alexander Zverev, N.4 mondial, et le Croate Marin Cilic (7e) côté messieurs, de franchir le premier tour. La Russe Maria Sharapova les a imités en soirée, non sans être poussée dans ses retranchements par la quadragénaire suisse Patty Schnyder (6-2, 7-6 (8/6)).

A son propos: Patty Schnyder, surprise de la quarantaine

C'est avec humour que Wozniacki a géré la situation:«Aux changements de côté, je me disais que j'étais à la plage, une Margarita à la main!», a plaisanté la Danoise. Mayer, lui, n'avait pas le cœur à rire: «Tant qu'un joueur ne sera pas mort, ils (les organisateurs) n'arrêteront pas», a-t-il lâché.

Federer a liquidé son match en moins de deux heures

56 coups gagnants, dont quatorze aces, pour seulement 32 fautes directes, moins de deux heures de jeu: Roger Federer a connu une entrée en matière tranquille (6-2, 6-2, 6-4) face au Japonais Yoshihito Nishioka (177e). Tout juste le Suisse aux 20 couronnes en Grand Chelem, a-t-il été coupable d'un léger relâchement au moment de conclure, l'occasion pour son adversaire de revenir de 5-1 à 5-4.

Notre grand format:  Comment Roger est devenu Federer

Titré sans discontinuer entre 2004 et 2008 à l'US Open, le Bâlois cherche à mettre fin à dix ans de disette à New York, un mois et demi après avoir trébuché dès les quarts de finale sur son gazon chéri de Wimbledon. Il affrontera au deuxième tour le Français Benoît Paire (56e), qui s'était procuré deux balles de match lors de leur précédente rencontre, à Halle en juin.

Publicité