Eliminé de la Ligue des Champions et de la Coupe d'Italie, 7e en championnat avec une infirmerie pleine à craquer, le Milan AC pensait avoir déjà assez de problèmes cette saison. Le pire va pourtant survenir. Les magistrats Bruna Albertini et Francesco Greco viennent de demander à ce que l'administrateur délégué Adriano Galliani et l'ensemble des joueurs qui ont porté le maillot «rossoneri» de 1991 à 1997 soient traduits en justice. Ils reprochent à Adriano Galliani d'avoir maquillé les bilans du club au cours de cette période en inscrivant à l'actif des sommes fictives correspondant à la cession des droits d'image des champions de l'époque à deux sociétés étrangères du groupe Fininvest pour un total de 51,5 millions de francs suisses. Une falsification des données comptables qui aurait permis de satisfaire aux normes de la Fédération italienne sur l'équilibre financier des clubs, obligatoire pour participer au championnat de série A. Le Milan AC aurait donc disputé irrégulièrement 6 championnats de 91 à 97, remportant au passage 4 titres.

Gullit, Baresi et Maldini visés

Les joueurs, quant à eux, auraient perçu des sommes en sous-main (les Italiens) ou via des sociétés écrans enregistrées dans des paradis fiscaux (les stars internationales). On parle là de champions du calibre de Ruud Gullit, Jean-Pierre Papin, Maoro Tassotti (actuel entraîneur), Frank Rijkaard, Paolo Maldini, Franco Baresi ou Marco Van Basten. Ce dernier aurait ainsi pu détourner 33,3 millions de francs. La séance préliminaire de ce procès pour faux en écritures et fraude fiscale se tiendra le 3 mai. Cette procédure judiciaire touche évidemment indirectement Silvio Berlusconi, déjà président du Milan AC au moment des faits. Il n'est peut-être pas innocent que l'affaire éclate aujourd'hui puisque se profilent à l'horizon des élections législatives dont le leader de Forza Italia est donné grand favori.