Equitation

Kevin Staut, nouveau président du Club des cavaliers

En marge du Concours hippique international de Genève, les cavaliers ont rappelé leurs préoccupations lors d’une assemblée générale publique

Son nom nous échappe mais sa silhouette ne trompe pas. Grand, élancé, pressé, les cheveux coupés court, casquette vissée sur la tête, des cuisses que l’on devine musclées sous le pantalon moulant, un dos tonique; pas de doute, c’est bien un cavalier qui traverse à grands pas le hall de l’hôtel. Il monte les marches recouvertes de moquette rouge, consulte une dernière fois son smartphone avant de le ranger dans sa doudoune sans manches et de pénétrer dans le salon Doha, où patientent déjà une quarantaine d’hommes et de femmes au profil et à la tenue similaires. C’est l’International Jumping Riders Club, le Club des cavaliers.

En ce vendredi matin, ce syndicat qui ne dit pas son nom tient une assemblée générale extraordinaire pour élire un nouveau président. Après deux mandats, la Fribourgeoise Christina Liebherr se retire. Le Français Kevin Staut est seul candidat à sa succession. La séance est publique. John Roche, le directeur du Jumping à la Fédération équestre internationale (FEI), la directrice du CHI de Genève Sophie Mottu Morel et quelques journalistes en ont profité pour venir se tenir informés.

L’heure est grave

D’autres sports, comme le tennis ou la Formule 1, possèdent aussi une association de pilotes ou de joueurs. Lorsque ces milieux assez individualistes font corps, c’est généralement que l’heure est grave. Les cavaliers se sentent menacés par le Global Champions Tour (GCT), un circuit très richement doté que le marchand et promoteur Jan Tops ouvre trop largement aux amateurs fortunés. Comme les places sont limitées, cela se fait au détriment de ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas payer.

«L’an dernier, vous avez défendu votre vision de votre sport et nous vous admirons pour cela, s’enflamme le directeur du CHI, Alban Poudret. Vous devez savoir que nous vous soutenons dans ce combat contre les paycards. A Genève, on nous a parfois proposé jusqu’à 50 000 francs pour une inscription, nous avons toujours refusé.»

La mise en garde de Steve Guerdat

«Il est important que nous parlions d’une seule voix», insiste le Suédois Henrick von Eckermann, alors que la directrice du club, l’Italienne Eleonora Ottaviani, précise: «Nous travaillons avec et non contre la FEI et les organisateurs. Il y a parfois des désaccords, mais nous pensons que tout le monde a le même objectif et fait de son mieux pour trouver une solution raisonnable.»

Assis en bout de table du comité sortant, Steve Guerdat est d’autant plus écouté que sa parole est rare. «Nous n’avons rien contre la FEI ni contre le Global Champions Tour. Mais si l’on n’y prend pas garde, dans trois-quatre ans, il n’y aura rien d’autre.»

C’est l’heure du vote. Dans la bonne humeur, l’assemblée laisse son petit carton rouge dans l’enveloppe fournie et brandit unanimement un carton vert. Kevin Staut est élu. «Je ne vais pas dire que je suis fier, j’étais le seul candidat», plaisante le Français. Avec lui, le nouveau comité comprend Christina Liebherr (vice-présidente) et Steve Guerdat. Sont aussi élus Rodrigo Pessoa et François Mathy Jr. En 1977, lors de la création du Club des cavaliers à Genève, leurs pères, Nelson Pessoa et François Mathy Sr, étaient déjà là.

Publicité