Tous les éléments du dossier concordent: l'Euro approche. Conscient du problème, Köbi Kuhn a d'ailleurs communiqué, mardi à Berne, une liste de vingt-six noms (voir ci-contre) appelés à défendre les chances de l'équipe de Suisse dès le match d'ouverture, le 7 juin face à la République tchèque. Un second écrémage fera trois «victimes» supplémentaires, le 28 mai au plus tard: «Je sais que plusieurs joueurs sont ou seront déçus. J'aurais aimé en prendre davantage, mais c'est la règle: il faut en retenir vingt-trois», résume un sélectionneur helvétique au teint hâlé.

Ricardo Cabanas, la demi-surprise du chef

Le Zurichois n'avait, reconnaissons-le, pas l'embarras du choix. Les déçus? David Degen, victime d'une déchirure aux adducteurs voici deux semaines, comme Reto Ziegler, à qui on n'a jamais vraiment fait confiance, ou encore l'attaquant des Young Boys Thomas Häberli, qui a attendu d'avoir 34 ans pour effectuer la meilleure saison de sa carrière, ne devaient pas nourrir trop d'illusions... Fabio Celestini, très déchu pour sa part, avait pris les devants en annonçant lui-même, mi-avril, qu'il ne serait pas de l'aventure. «C'est un footballeur magnifique, qui fait une saison formidable avec Getafe, mais ça n'a pas marché aussi bien en équipe nationale», tranche Kuhn.

Dans le même registre que le Vaudois - milieu défensif -, le coach a préféré miser sur un revenant: Ricardo Cabanas. La réapparition du joueur des Grasshoppers, écarté des cadres depuis le 22 août dernier et son entrée en jeu à la 88e minute devant les Pays-Bas, constitue la seule demi-surprise du chef. «Après sa blessure, «Ricci» a su faire preuve de caractère et de combativité pour revenir», commente le sélectionneur. Davantage qu'à ses facultés du moment, Cabanas doit sans doute cette nouvelle perche tendue au manque d'expérience du groupe déploré par le staff technique au lendemain de la déculottée (0-4) subie contre l'Allemagne.

Titulaires indiscutables au sein d'une arrière-garde demeurée imperméable lors du Mondial 2006, Philipp Degen et Patrick Müller restent dans la course... contre la montre. Concernant le latéral droit du Borussia Dortmund, dont les muscles ne cessent de se lézarder, le pronostic est plutôt optimiste. Pour le Genevois, opéré du genou droit en décembre, ce sera en revanche «très juste» selon Köbi Kuhn. Le défenseur central de 31 ans, qui n'a disputé qu'une seule rencontre de Ligue 1 cette saison avec l'Olympique Lyonnais, vient seulement de rejouer avec l'équipe réserve.

De là à l'imaginer en pleine possession de ses moyens dans trois semaines... Le sélectionneur, qui n'a pu occulter les récentes carences défensives de la Suisse, veut tout entreprendre pour que le miracle ait lieu: «J'ai demandé à Patrick de convaincre ses dirigeants de l'exempter de la finale de la Coupe de France (ndlr: le 24 mai). Il serait mieux qu'il soit avec nous à Lugano pour le match amical face à la Slovaquie, plutôt qu'il reste assis sur le banc à Paris.»

Les troupes rallieront le Tessin lundi pour un camp d'entraînement de dix jours, avant de rallier leur repaire habituel, à Feusisberg (SZ). «Naturellement, nous avons encore beaucoup de travail à effectuer pour remettre tout le monde à niveau sur le plan physique», conclut Kuhn. «Mais je suis dans l'ensemble satisfait de l'état de forme des joueurs. J'ai confiance en ce groupe.»