Football

Le Kosovo va écrire l’histoire, mais avec quels joueurs?

Le nouveau-venu dans le giron de la FIFA commence sa première compétition officielle ce lundi en Finlande, dans un climat d’incertitude et sur fond de polémique sur les joueurs binationaux

Pour l’équipe nationale du Kosovo, le grand jour est arrivé. Elle disputera ce lundi, en Finlande, son premier match en compétition officielle, dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde 2018. L’indépendance du pays a été proclamée en 2008 et sa Fédération de football est devenue le 210e membre de la FIFA en mai dernier. Tout est prêt pour ouvrir un nouveau chapitre d’histoire. A un petit détail près: à la veille du match, le sélectionneur Albert Bunjaki ne savait pas encore exactement quels joueurs il allait pouvoir aligner.

Un cas de figure particulier

Parmi les membres de sa sélection, certains font partie des 24 Kosovars d’origine à avoir porté le maillot d’une autre sélection nationale (celui de l’Albanie pour bon nombre d’entre eux). Selon les règlements en vigueur, cela devrait les empêcher de pouvoir en changer. Mais le cas de figure est très particulier et la FIFA tarde à se prononcer, notamment sur le sort de six joueurs qui se préparent pour la rencontre de lundi. L’attaquant Albert Bunjaku a lui déjà obtenu le feu vert malgré sa participation à la Coupe du monde 2010 avec la Suisse. Il compte six sélections sous le maillot rouge à croix blanche.

Si ce cas particulier n’empêche personne de dormir à Muri, l’Association suisse de football (ASF) suit la situation de très près puisque quatre joueurs de la Nati sont d’origine kosovare (Shaqiri, Behrami, Tarashaj et Xhaka). Ce dernier a publié récemment une longue lettre ouverte dans laquelle il explique qu’il continuera avec la Suisse. Il y précise que la FIFA ne reconnaît pas le droit de changer aux joueurs qui ont participé cet été à l’Euro en France et, sans dire qu’il l’aurait rejoint s’il avait eu le choix, blâme la Fédération kosovare de ne pas s’être renseignée plus tôt.

Plusieurs binationaux ont accepté leur sélection

Ce reproche, l’ASF l’a également formulé, regrettant que «la priorité des dirigeants kosovars ait été pendant des semaines de tenter de recruter des joueurs pour le prochain tour préliminaire de la Coupe du monde 2018 au lieu de consolider les fondations de leur fédération» et appelant la FIFA à statuer «de manière très claire sur la possibilité ou non du transfert d’un joueur dans une autre fédération», même si aucun joueur de la Nati A n’a fait part d’une telle intention. Plusieurs binationaux ont par contre accepté leur sélection pour le match de lundi

Mais la problématique dépasse le triangle Kosovo-Albanie-Suisse. En Finlande, Përparim Hetemaj (44 sélections) a par exemple refusé d’affronter son pays d’origine lundi. Il est un des joueurs expérimentés que le nouveau venu sur la scène du football mondial espère encore pouvoir recruter.

Publicité