C’est une roulette russe avec un nombre croissant de balles dans le barillet. Depuis des années, il fallait faire sa prière avant de traverser le couloir du Goûter pour accéder au refuge homonyme sur la voie normale du Mont-Blanc. Mais cet été, il a fallu se rendre à l’évidence. Pour éviter les chutes de pierres, les appels au Seigneur ne suffisent pas.