Régulièrement, Le Temps ouvre ses colonnes aux travaux et réflexions des chercheurs du Centre interdisciplinaire de recherche sur le sport (CIRS) de l'Université de Lausanne.  

Quelques chroniques précédentes: 

L’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est une maladie chronique qui concerne environ 20% de la population des plus de 65 ans. Elle se caractérise par le rétrécissement ou l’occlusion d’une ou plusieurs artères des membres inférieurs, ce qui provoque une mauvaise irrigation des tissus. Sa cause la plus fréquente est l’athérosclérose, un dépôt de graisses sur la paroi interne des artères. Les facteurs de risque sont essentiellement le tabac, l’obésité, le diabète, l’hypertension et l’hypercholestérolémie (trop de graisses dans le sang).

Un des symptômes caractéristiques de l’AOMI est la claudication intermittente. Il s’agit d’une douleur musculaire qui survient pendant l’exercice et disparaît avec quelques minutes de repos. Elle se manifeste principalement au mollet, pouvant toutefois survenir aussi au niveau de la fesse, de la cuisse ou du pied. La claudication a un impact considérable sur les capacités de marche et les activités de la vie quotidienne, entraînant une augmentation de la sédentarité, de l’inactivité physique journalière, ce qui induit une diminution de la force musculaire et de l’endurance et une nette diminution de la qualité de vie.