Des badauds, encore assommés par la nouvelle, ont rapidement afflué à Calabasas, à quelques kilomètres de Los Angeles, là où s'est écrasé l'hélicoptère qui transportait la légende de la NBA, Kobe Bryant. Avec la mort du basketteur, c'est toute une Amérique, sous le choc, qui pleure une icône. Le déferlement d'hommages, et la rapidité à laquelle la tragédie a été divulguée dans tous les cercles de la société, démontre à quel point son aura s'étendait bien au-delà du monde sportif. L'émotion est décuplée par le fait que la tragédie est aussi familiale. Sa fille Gianna, 13 ans, qui se prédestinait avec passion à une carrière de basketteuse, est décédée dans le crash avec lui. Kobe Bryant, 41 ans, était le père de trois autres filles, dont la dernière est née l'été dernier. 

Lors de sa retraite: En NBA, un final étourdissant avant les play-off

«Comme un petit frère»

Dimanche soir, les chaînes télévisées américaines s'étendaient sur le drame, en parlant en boucle de «devastating day». Donald Trump a réagi. Son prédécesseur, Barack Obama, un grand fan de basket, aussi. «Kobe était une légende sur le terrain et commençait tout juste un deuxième acte qui aurait été tout aussi significatif», écrit-il sur Twitter, en faisant allusion à sa retraite active et son engagement en faveur des jeunes et des sans-abris. «Perdre Gianna est encore plus déchirant pour nous, parents. Michelle et moi envoyons notre amour et nos prières à Vanessa et à toute la famille Bryant en ce jour impensable». 

Autre légende de la NBA, Magic Johnson y va aussi de ses mots: «Kobe et moi avons partagé tant de conversations spéciales sur la vie et le basket. Nous avions tant de choses en commun en dehors du terrain. J'adorais lui parler des Lakers, du fait d'être père et mari, et de l'amour que nous avions pour l'Italie. Ces conversations, et lui, me manqueront beaucoup». «Les mots ne suffisent pas à décrire ma douleur», a de son côté réagi le joueur Michael Jordan, son autre idôle. «J'aimais Kobe - il était comme un petit frère pour moi».

En 2016: Kobe Bryant lance un fonds d’investissement de 100 millions de dollars

Les circonstances du drame restent à élucider. L'hélicoptère a pris feu, ce qui rend l'enquête difficile. Le pilote et les six autres passagers ont également trouvé la mort. C'est TMZ, le site américain d'actualités sur les célébrités, qui annoncé le premier le drame. Quintuple champion NBA avec les Lakers, double champion olympique avec Team USA en 2008 et 2012, Kobe Bryant a eu une carrière exemplaire, avant d'y mettre un terme en 2016, après 20 saisons. Même des joueurs avec lesquels il s'était brouillé ont loué, dimanche, ses prouesses. 

Son dernier tweet

Quelques heures avant le drame, il a eu le temps de réagir au score de LeBron James, des Lakers, devenu le troisième meilleure pointeur de l'histoire de la NBA. LeBron James l'a dépassé dans la nuit de samedi à dimanche, reléguant Kobe Bryant à la 4e place. «Continue de faire avancer le jeu ainsi @KingJames. Beaucoup de respect, mon frère», a commenté Kobe Bryant, très fairplay. C'était son dernier tweet. LeBron James a appris la tragédie à la descente d'un avion, à Los Angeles. Des images à son arrivée le montrent particulièrement éprouvé. 

Un plaisir à transmettre

La NBA, à travers son patron Adam Silver, s'est dite «anéantie» par le décès tragique du joueur et de sa fille. Mais dimanche, toutes les rencontres au programme ont été maintenues, avec à chaque fois 24 secondes de silence, un hommage à son dernier numéro de maillot chez les Lakers. Dans un communiqué, Adam Silver a loué son «talent remarquable» et le qualifie «d'un des joueurs les plus extraordinaires de l'histoire du basket-ball». Il relève aussi sa générosité, lui a qui a donné envie à des millions de jeunes de pratiquer le basketball: «il considérait que c'était sa mission de partager sa passion avec les générations futures, prenant un plaisir particulier à transmettre son amour du jeu à Gianna».

Dimanche soir, les Grammy Awards se déroulaient au Staples Center, le stade des Lakers, dans une atmosphère particulière, alors que des centaines de fans se recueillaient à l'extérieur. «Ce soir, c'est pour Kobe», a souligné la rappeuse Lizzo, en ouvrant le gala. «Aujourd'hui, Los Angeles, l'Amérique et le monde entier a perdu un héros, et nous nous retrouvons littéralement ici, le coeur brisé, dans la maison que Kobe Bryant a bâtie», a relevé à son tour Alicia Keys, avant de chanter «It's so hard to say goodbye».

Kobe Bryant, qui a vécu en Italie quand il était enfant, était un passionné de football, et dans ce milieu également, les hommages ont afflué. Dimanche soir, Neymar, star du PSG, a eu une pensée pour son ami après avoir marqué un but: il a fait le numéro 24 avec ses mains. 

L'année 2003

Kobe Bryant a eu une année particulièrement difficile en 2003. Cette année-là, il a été accusé de viol par une employée d'hôtel de 19 ans, alors qu'il se remettait à peine d'une arthroscopie d'un genou. Le joueur a admis avoir eu une relation sexuelle avec la jeune femme, mais a toujours assuré qu'elle était consentante. Le procès n'a finalement pas eu lieu, la victime ayant préféré un arrangement extra-judiciaire.

Dans le documentaire «Kobe Bryant’s Muse» (2015), ce natif de Philadelphie déclare avoir eu l'idée de son surnom de «Black Mamba» durant ces moments difficiles, en regardant Kill Bill de Quentin Tarantino. En Afrique, ce serpent majestueux est appelé «serpent minute» à cause de la rapidité avec laquelle son venin s'avère mortel. Pour Kobe Bryant, l'idée était surtout de se constituer une sorte de seconde peau, en affichant son sang-froid. «Je devais me séparer de moi-même. J’avais l’impression que tout me tombait dessus en même temps. Ça devenait vraiment perturbant (...). Alors j’ai créé the Black Mamba», explique-t-il dans le documentaire.

Le surnom lui est depuis resté, et a même été exploité par son sponsor Nike. «Mamba out», avait-t-il lâché lors de son tout dernier match, en 2016.