Malgré quelques retards, les 22 joueurs de l’équipe de Suisse se sont retrouvés hier à Feusisberg (SZ) pour préparer les deux matches capitaux dans la course à la Coupe du monde 2010 contre la Moldavie (samedi et mercredi prochain). Ottmar Hitzfeld, qui a sous ses ordres un groupe ne présentant aucun ennui physique particulier, semble avoir déjà opté pour une paire centrale Grichting/Senderos, au détriment de Johan Djourou.

«J’ai plus joué en club»

Au Letzigrund de Zurich, la première séance du camp s’est déroulée sans souci. Ainsi, les 22 joueurs présents sont tous aptes au service. Cela ouvre plusieurs options, qui soulèvent quelques questions quant à la formation qu’Hitzfeld mettra sur pied samedi. La seule véritable interrogation demeure le visage de la défense, articulée autour du nouveau «taulier» Stéphane Grichting. Après les premières mises en place tactiques, Philippe Senderos part avec les faveurs du pronostic. Un sentiment confirmé par le large sourire du Genevois de l’AC Milan à sa sortie du terrain. La logique aurait pourtant voulu que ce soit le binôme usuel de Grichting, Johan Djourou, qui soit aligné d’entrée, eu égard à un temps de jeu remarquable à Arsenal. «J’ai plus joué en club que Philippe et Patrick (Müller), assène le Gunner. Et jusque-là, c’était le premier critère.»

Avec 2032 minutes disputées cette saison à Arsenal toutes compétitions confondues, Djourou est largement devant les défenseurs de Monaco (810) et de l’AC Milan (925). Sauf que, depuis le match contre la Bulgarie en février, Senderos a bénéficié de plus de temps de jeu que son ancien partenaire londonien. «Je suis très heureux du retour de Philippe et Patrick, développe Djourou, mais c’est clair que je ne veux pas rester sur le banc!»

Le duel Magnin/Ziegler

Même son de cloche chez un Grichting autrement plus serein que sous la férule de Köbi Kuhn. «Il n’y a plus de passe-droit. A nous d’être à 100% compétitifs. Nous sommes des grands garçons, chacun doit accepter son statut dans l’équipe.» Hitzfeld affirme, lui, n’avoir encore rien décidé. «C’est un duel ouvert entre Djourou et Senderos. Müller a moins joué que les autres.»

Lichtsteiner incontournable à droite, la lutte Magnin/Ziegler pour le poste de latéral gauche penchera certainement en faveur du joueur de Stuttgart qui, en l’absence de Spycher – convalescent après des problèmes de cartilage au genou –, pourra reconquérir les galons perdus après le Luxembourg. Le Vaudois a d’ailleurs pour lui les avantages de l’expérience (57 sélections) et de la forme, puisque très bon samedi avec son club contre Hertha Berlin (victoire 2-0).

Les présences de Benaglio dans les buts et du duo Frei/Nkufo devant sont indiscutables, tout comme, vraisemblablement, celle du tandem Inler/Huggel au milieu. Après des débuts encourageants contre la Bulgarie en février, Marco Padalino devrait obtenir la confiance de l’Allemand dans le couloir droit, tandis que Barnetta semble inamovible à gauche. «Si tout se déroule bien, explique le sélectionneur, Barnetta jouera à gauche. Je dois encore voir Padalino [ménagé mardi comme tous ceux engagés en club dimanche dernier] à l’entraînement mercredi.»