Lors du slalom géant disputé jeudi à Yongpyong, Lara Gut est sortie de piste dès la première des deux manches. Loin d’en faire une maladie, elle se disait ravie d’être enfin prête à attaquer, à prendre des risques. Depuis son arrivée en Corée du Sud, la skieuse tessinoise semble en paix avec elle-même. A l’approche du super-G de samedi (3h en Suisse), son épreuve favorite, elle paraît prête à tout donner et à accueillir ce qui viendra en retour sereinement.

Lire aussi notre interview de Lara Gut en octobre: Blessée, je suis redevenue une personne normale

Cela n’a pas toujours été le cas. Il y a quatre ans, médaillée de bronze de la descente de Sotchi, elle ne pouvait contenir ses larmes sur le podium tandis que Dominique Gisin et Tina Maze partageaient l’or. L’image disait toute la frustration d’une skieuse ultra-talentueuse et promise à de grandes choses, mais à qui la victoire s’était toujours refusée lors des grands rendez-vous. Depuis, Lara Gut a mûri. Elle a remporté le classement général de la Coupe du monde en 2016. Et puis elle s’est blessée, voilà tout juste une année, alors qu’elle commençait les Championnats du monde de Saint-Moritz pleine d’ambition.

Retour à ce qu’elle aime

Sa convalescence, répète-t-elle depuis son retour, lui a permis de voir les choses autrement. «Ce qui m’a manqué pendant mon absence, ce n’est pas le feeling de franchir la ligne d’arrivée et de voir mon nom s’afficher en tête du classement. Non, c’est simplement de faire ce que j’aime, skier, et d’être capable de terminer une course en ayant fait mon maximum», a-t-elle expliqué en Corée du Sud. Les journalistes n’ont pas réussi à lui faire dire qu’elle était venue chercher une médaille. Elle veut juste «faire de bons virages, faire de bonnes manches, revenir à [son] meilleur niveau».

Consulter aussi tous nos articles sur les Jeux olympiques

Pour l’heure, c’est en super-G qu’elle a ses meilleures chances de podium. Elle en a disputé six cette saison, avec une victoire et deux deuxièmes places à son actif. Après sa chute jeudi, elle skiera samedi avec quelques bleus au corps, mais l’esprit libre.