Carton plein pour Lara Gut. Déjà lauréate la veille du super combiné, la Tessinoise a remporté samedi la descente de Val d'Isère, sa 15e victoire en Coupe du monde de ski alpin, alors que la favorite américaine Lindsey Vonn est sortie de la piste.

Doublé suisse

Sous un soleil éclatant, la Suisse a été au diapason avec également Fabienne Suter, deuxième à 16/100, alors que la Canadienne Larisa Yurkiw a complété le podium, à 41/100.

«C'est bien d'avoir gagné deux courses mais ça ne va pas changer ma vie. Tout va très vite et ça ne sert à rien de calculer maintenant pour le général et le dossard rouge«, a indiqué la Tessinoise, à son 15e succès sur le circuit majeur.

La blonde enjouée d'Airolo, où le massif du Gothard s'ouvre au Sud, calme son enthousiasme naturel. Même si, mathématiquement, elle quitte Val d'Isère avec seulement deux de retard sur Vonn au général (480 à 478).

«Ce n'est pas un hasard si je suis devant à Val d'Isère. Je me sens bien ici, c'est une bouffée d'air frais, comme aussi à St Moritz», a poursuivi la double lauréate.

Lire aussi notre interview de Lara Gut: «J'avais besoin de me remettre en confiance»

Elle compte désormais dans la station savoyarde cinq podiums, dont trois victoires. C'est dans la même localité, mais sur la Face de Solaise, qu'elle s'était affirmée, en février 2009. A moins de 18 ans, elle avait conquis deux médailles d'argent (descente/super-combiné) aux Mondiaux.

Puis un problème à une hanche l'avait éloignée de la compétition pendant une saison. Ainsi, elle n'avait pu être de la fête du super-G de Val d'Isère, le 20 décembre 2009, quand la Confédération avait placé cinq de ses représentantes dans les sept, Vonn terminant troisième.

Arrivée détendue et souriante, sur l'aile de quatre succès consécutifs, dont un triplé à Lake Louise (Canada), Vonn est repartie de Val d'Isère noire de colère.

La reine de la vitesse venait de signer le meilleur temps du deuxième intermédiaire -48/100e plus vite que Gut-, quand elle a commis une faute appui pied droit -celui du genou opéré deux fois- sur un mouvement de terrain.

Cette fois, il n'était plus question de «cows» (les vaches tarines remportées comme prix en nature), mais de KO.

«J'ai travaillé pour être à ce niveau et je vais continuer à suivre cette voie. Chaque jour, un pas en avant», a poursuivi Gut, âgée de 24 ans.

Bon feeling avec le matériel

«Elle a un très bon feeling avec le matériel. C'est une grande chose car, quand on change de matériel, il faut souvent une saison pour s'adapter», explique son Pauli Gut, qui dirige le team privé de sa championne de fille.

Lara ne manque de rien au sein de la structure. Patrice Morisod, jusqu'à l'an dernier responsable des descendeurs français, la conseille désormais. Et l'ex-grand champion jurassien Didier Cuche lui a soufflé de bons «tuyaux» pour la vitesse.

Fabienne Suter avait hésité à poursuivre sa carrière cet été. Elle ne regrette pas d'avoir suivi les conseils de son chef de groupe Roland Platzer, un des nombreux entraîneurs du Haut-Adige (nord-est de l'Italie) à offrir leurs services à l'étranger.

La skieuse de Schwytz, au nord du Gothard, avait déjà été deuxième de la seconde descente de Lake Louise,le 5 décembre, dauphine de Vonn.