Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Lara Gut a remporté dimanche le globe du combiné.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Ski alpin

Lara Gut, un grand talent qui aura pris le temps de mûrir

Première Suissesse victorieuse du classement général de la Coupe du monde depuis 21 ans et le dernier sacre de Vreni Schneider, Lara Gut est une surdouée pour qui rien ne fut facile

Dimanche, Lara Gut recevra le trophée promis au vainqueur du classement général de la Coupe du monde de ski alpin. Un gros globe de cristal de 46 centimètres et 9 kilos qui la consacre meilleure skieuse du monde. A 24 ans, la skieuse de Comano (TI) se glisse dans les traces de Lise-Marie Morerod (1977), Marie-Thérèse Nadig (1981), Erika Hess (1982, 1984) Michela Figini (1985, 1988), Maria Walliser (1986, 1987) et Vreni Schneider (1989, 1994, 1995). Ce devrait être le couronnement d’une carrière, l’avènement d’une championne; cela ne ressemble en définitive qu’à une promesse tenue. Comme un fidèle résumé du destin de cette surdouée tiraillée entre le passé du ski suisse (brillant), son avenir personnel (radieux, forcément radieux) et un présent dont on ne la laissait pas profiter.

Depuis la blessure de sa rivale Lindsey Vonn fin février, tout le monde annonce Gut vainqueur. On a passé sans transition de «elle va gagner» à «elle a gagné» en oubliant le moment où «elle gagne». La Tessinoise a tenté de freiner l’emballement général en refusant toutes les sollicitations ces dernières semaines mais elle s’est sentie un peu dépossédée de son histoire. «Personne n’a voulu attendre que sa victoire soit officielle, on lui en vole un peu le plaisir, regrette l’ancien skieur Bernhard Russi, devenu un proche. Blick a déjà promené le globe de cristal dans tout le Tessin, ce n’est pas très fair-play. C’est comme faire sauter le bouchon de champagne alors que la bouteille est encore tiède.»

Des fées avec un mégaphone

Etre célébrée avant l’heure, susciter tant d’attentes qu’elles ne puissent être contenues, au risque de se muer en critiques, c’est toute la vie de Lara Gut. Les fées qui se sont penchées sur son berceau avaient un mégaphone. Très vite, on a crié au phénomène comme d’autres au loup. A dix ans, Lara Gut gagnait déjà toutes les compétitions, de ski et même de roller inline. L’entraîneur valaisan Didier Bonvin la découvre dans ses années «Organisation Jeunesse» (OJ), les compétitions juniors. «Lara était la Martina Hingis du ski, toujours la meilleure, dans toutes les catégories d’âge, et de loin. Elle était la seule fille qui avait suffisamment de technique et de physique pour tenir les mêmes lignes et la même posture que les garçons.» A 15 ans, elle est championne de Suisse du super G avec une seconde d’avance sur ses rivales. «Elles ont dû avoir des problèmes», s’étonne-t-elle, candide.


Dans ces années de grâce, Lara Gut est une enfant modèle. «Elle était très facile à gérer, se souvient Didier Bonvin, alors en charge de la relève à Swiss-Ski. Le message passait bien avec les parents, qui comprenaient ses besoins et l’aidaient sans l’étouffer. Vraiment, c’était idéal.» Lara Gut s’épanouit dans une structure familiale qui détonne dans le milieu mais fonctionne bien autour de la figure paternelle de Pauli, entraîneur à temps plein. Elle débute en Coupe du monde en 2007 et déboule dans le coeur du public dès sa quatrième course à Saint-Moritz où elle se classe troisième en franchissant la ligne d’arrivée sur les fesses. La Suisse découvre la blonde Lara, son franc sourire, et son statut de cheffe d’entreprise. Depuis ses 16 ans, elle fait vivre une petite PME et doit trouver 300 000 francs chaque saison pour boucler son budget.

«Racisme anti-Latin»

Les problèmes apparaissaient en même temps que sa première grave blessure, une luxation de la hanche en 2009. Un vrai coup d’arrêt. Lorsqu’elle revient, elle alterne bons résultats et chutes spectaculaires, change de matériel, change de manager. Les Gut s’entraînent à part, parfois avec d’autres équipes nationales, parfois à côté des Suisses. Il manque une ligne directrice et, à force, le public s’y perd. La femme-enfant, cela plaît un moment et puis ça finit par lasser. Surtout en sport, où les émotions sont exacerbées. On commence à la trouver plus arrogante que spontanée, trop caractérielle, on lui reproche de tirer la gueule au lieu de sourire sur les podiums lorsqu’elle accumule les places d’honneur (trois médailles d’argent mondiales, un bronze olympique). «Nous avons fait réaliser un sondage avant de l’engager; elle a une très bonne cote de popularité et de sympathie», objecte Daniel Mori, le patron de Visilab. Pourtant, à la cérémonie des Sport awards en 2013, elle n’est classée que quatrième sportive de l’année. Elle évoque une sorte de «racisme anti-Latin». L’année suivante, elle se tait mais n’en pense pas moins: le public lui préfère Dominique Gisin, qui n’a gagné qu’une seule course, olympique certes, mais qui a ému par ses larmes.

«Elle n’a pas peur d’aller contre le vent»

«Lara ne craint pas d’aller contre le vent, et même de provoquer un peu, admet Bernhard Russi. Mais plus honnête qu’elle, je ne connais pas. On oublie souvent qu’elle s’exprime en suisse allemand 90% du temps mais que ce n’est pas sa langue maternelle. Parfois, cela sort de manière un peu abrupte de sa bouche.» Ce ne serait qu’un simple problème de traduction. C’est pourtant avec le Tessinois Mauro Pini, alors chef alpin de l’équipe féminine, que la rupture est consommée en 2012 (ce qui lui vaudra une brève suspension interne). Les journalistes tessinois préfèrent encore aujourd’hui ne pas s’exprimer, de crainte d’en dire trop et de rompre les relations avec la championne.


L’ancienne skieuse française Florence Masnada, double médaillée olympique, aujourd’hui consultante pour Eurosport, prend sa défense. «On lui reproche son caractère, moi je réponds qu’il en faut pour être à ce niveau-là. Et il ne faut pas croire qu’elle n’en fait qu’à sa tête, elle sait écouter les conseils. Lorsqu’elle a eu sa luxation de la hanche, une blessure assez rare en ski alpin, elle a appris que j’en avais souffert moi aussi et que je m’en étais remise. Elle m’a donc appelé pour savoir comment j’avais fait, combien de temps ça m’avait pris. Elle avait besoin de se rassurer.»

Les limites du système familial

Lara Gut a l’impression d’être franche, spontanée, vraie, mais elle s’expose. Qu’elle ait raison ou tort n’est pas le problème, elle crée une zone de turbulences, qu’elle devra ensuite traverser. Elle se braque, déteste s’entendre dire qu’elle est gâtée ou qu’elle devrait être plus reconnaissante envers le système. «C’est grâce à mes parents que j’en suis là aujourd’hui», rappelle-t-elle en 2012. Sauf que la question n’est plus de savoir qui l’a amenée là mais comment aller plus haut. «A haut niveau, il y a plus de pression, plus d’attente, moins de marge par rapport à la concurrence, explique Didier Bonvin. Son fonctionnement privé un peu improvisé, un peu amateur, n’était plus adapté, la structure parentale n’était plus à la hauteur. Ils ont eu du mal à l’accepter, parce que des parents veulent toujours aider leur enfant et parce que jusqu’ici cela avait bien marché.»


Il lui faut un vrai entraîneur, elle doit modifier sa technique. Ces critiques, Lara Gut peut peut-être les entendre, mais pas de tout le monde. «C’est l’une des meilleures skieuses du monde; elle ne peut pas accepter que le premier venu lui dise qu’elle doit arrêter de faire le drift [un petit dérapage, juste avant un virage], même si c’est vrai, explique Bernhard Russi. Lara peut avoir la tête dure, elle est capable de s’obstiner dans l’erreur juste pour montrer qu’elle fera comme elle voudra.»

Didier Cuche qui porte les piquets

Les grands champions ont peut-être de l’orgueil, ils ont surtout de l’intelligence. Lara Gut se rend compte qu’elle a 24 ans, qu’elle est déjà mine de rien l’une des plus âgées de l’équipe de Suisse, que sa copine Anna Fenninger a déjà deux gros globes de cristal, une médaille d’or olympique et deux titres de championne du monde à 25 ans. Elle sent qu’il est temps de changer. En ski, cela passe souvent par changer de matériel. «Cela ne veut pas dire que ses skis d’avant étaient mauvais et que ceux d’aujourd’hui sont bons, explique Bernhard Russi. Mais changer de matériel, ça change les gens autour de vous, ça amène de la nouveauté, un autre feeling.» Sa nouvelle marque, l’autrichien Head, lui attribue la star des préparateurs, Chris Krause, et un consultant de luxe, Didier Cuche. «Depuis mes débuts, j’avais toujours travaillé avec «Babi», Barnaba Greppi, expliquait-elle cet été au Temps. Je pense que j’avais besoin de ça. Ce n’est pas un «reset» mais c’est, un peu, me remettre en jeu. Et Voir Didier Cuche porter les piquets ou prendre ma veste avant la course, cela fait son effet.»

Arrive aussi l’entraîneur Patrice Morisod qui, sans se substituer à Pauli Gut, annonce clairement des mesures techniques radicales. Cette fois, Lara est prête à entendre. «La famille a bien réagi, les parents ont su s’effacer», souligne Russi. Du coup, Lara Gut se disperse moins et s’étonne: «J’ai l’impression d’avoir beaucoup plus de temps qu’avant.» Elle se soumet à cette injonction paradoxale: pour devenir extraordinaire, il faut accepter de faire comme les autres. Se taire parfois, niveler ses émotions, lisser sa communication, aborder une course après l’autre comme d’autres prennent «match après match». «Je crois qu’elle s’est rendu compte que son attitude pouvait avoir des effets sur son entourage et la toucher par ricochet, observe Daniel Mori. Gérer ses émotions, c’est tout le challenge du sport de haut niveau.»

En octobre 2015, le patron de Visilab lui fait signer un contrat de sponsoring sur recommandation de Bernhard Russi. «Il m’a dit qu’elle était prête…» «J’ai senti que la jeune fille était devenue femme, confirme le champion olympique de descente en 1972 à Sapporo. Et dans un sport comme le ski, c’est très important parce que vous perdez bien plus souvent que vous ne gagnez. Il fait avoir la maturité de tirer les leçons de ses échecs.»


Profil

1991. Naissance le 27 avril à Sorengo (TI). Son père Pauli est Lucernois, sa mère Gabriella, Jurassienne. Elle a un frère cadet, Ian (21 ans).

2008. Premier podium pour sa quatrième course, sa première descente, à Saint-Moritz.

2009. Deux médailles d’argent en février aux Championnats du monde à Val-d’Isère. Grave blessure (luxation de la hanche) en septembre à Saas-Fee.

2011. Après avoir manqué les JO de Vancouver sur blessure, elle se rate aux Mondiaux
de Garmisch.

2014. Médaille de bronze en descente aux JO de Sotchi. Une déception. Se console un mois plus tard avec le globe de cristal du super-G.

2016. Victorieuse du classement général de la Coupe du monde.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL