Lara Gut-Behrami a retrouvé le sourire! La Tessinoise (29 ans) a remporté dimanche le super-G de Sankt Anton (Autriche), devant l’Italienne Marta Bassino (à 16 centièmes) et la Schwytzoise Corinne Suter (à 20 centièmes). Michelle Gisin (7e) et Wendy Holdener (8e) complètent le très joli tir groupé des Suissesses, qui totalisent désormais 3 victoires et 9 podiums depuis le début de la saison.

Lara Gut-Behrami a été impressionnante, dans la lignée de l’entraînement de descente de jeudi où elle a signé le meilleur temps (avant de se classer huitième de la course). Mais sa démonstration aurait pu tourner court après une minute quand elle a failli sortir du parcours. La gagnante du classement général de la Coupe du monde 2016 s’est rattrapée in extremis pour remporter sa 27e manche de Coupe du monde et prendre la tête du classement de la spécialité après sa cinquième place à Val d’Isère.

Leader après sa victoire lors du premier et jusqu’ici seul super-G de la saison en France, la Tchèque Ester Ledecka, partie avec un dossard tardif (19e), s’est classée sixième à plus d’une seconde. Elle est désormais deuxième du classement général de la spécialité, à égalité avec Corinne Suter.

Régularité retrouvée

C’est le premier succès de Lara Gut-Behrami en super-G, sa discipline fétiche, depuis près de deux ans et une victoire à Cortina en janvier 2018. De retour au premier plan la saison passée avec un doublé en descente à Crans-Montana, la Suissesse avait connu trois exercices compliqués, après une grave blessure (déchirure du ligament croisé du genou gauche et lésion du ménisque) en février 2017 aux Championnats du monde à domicile à Saint-Moritz.

Lara Gut-Behrami a retrouvé de la régularité cette saison avec une seule course finie hors du top 10, la deuxième descente de Val d’Isère (11e). Surtout, elle renoue avec le succès au meilleur moment, avant les deux descentes de Crans-Montana (22 et 23 janvier), qui lui ont si bien réussi l’an passé (deux victoires).

Manque de réussite

A domicile, les skieurs de l'équipe de Suisse ont eu moins de réussite. Après le doublé en géant, vendredi et samedi, du Français Alexis Pinturault, le leader du classement général de la Coupe du monde, le slalom d'Adelboden a été remporté dimanche par l'Autrichien Marco Schwarz, devant l'Allemand Linus Strasser et le Britannique Dave Ryding.

Troisième du géant samedi, troisième encore à l'issue de la première manche (très fluide) du slalom, Loïc Meillard a peiné dans une seconde manche au tracé plus accidenté. Le Valaisan échoue à 4 centièmes du podium et à 5 centièmes de la deuxième place. Les autres Romands n'ont pas eu plus de réussite. Le Genevois Tanguy Nef se classe sixième à 23 centièmes du vainqueur et à 8 centièmes du podium.

Quinzième temps de la première manche, le Valaisan Daniel Yule a signé le meilleur chrono helvétique sur le second tracé et prend la septième place finale, là encore tout près du podium (14 centièmes). «Les centièmes de seconde n'ont pas joué pour nous», a été la phrase la plus entendue dans l'aire d'arrivée. S'il n'y a pas de centièmes favorables ou défavorables comme il peut y avoir des poteaux rentrants ou sortants au football, l'expression dit bien combien l'écart est parfois infime entre la réussite et «l'échec».

Rendez-vous à Wengen

Les skieurs suisses auront l'occasion de briller cette semaine à Wengen, où sont prévus une descente-sprint vendredi, la descente classique du Lauberhorn samedi et un slalom dimanche. La tenue de ce grand moment de la saison a un temps été suspendue à la décision des autorités sanitaires, après qu'une hausse des cas d'infection au Covid-19 ait été enregistrée dans la région. Mais dimanche, le service de la santé du canton de Berne a donné son autorisation, rapidement imité par la Fédération internationale de ski (FIS).