Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Fabio Celestini sera resté trois ans à la tête du Lausanne-Sport

Football

Au Lausanne-Sport, la défaite de trop pour Fabio Celestini

Dernier après sa défaite à domicile contre Lucerne (0-1), le Lausanne-Sport tente le choc psychologique à six journées de la fin du championnat de Super League. Le coach des M21 Ilija Borenovic est promu pour éviter la relégation

Trop, c'est trop. Incapable de gagner un match, ou presque (sept défaites, trois nuls, une victoire en 2018), le Lausanne-Sport a décidé d'être un club comme les autres et de virer son entraîneur pour sauver sa peau en Super League. Après une nouvelle désillusion à domicile jeudi soir (0-1 contre Lucerne), la direction du club a retiré avec effet immédiat la responsabilité de la première équipe à Fabio Celestini et une partie de son staff technique.

Elle l'a confiée vendredi matin à Ilija Borenovic, 35 ans, ancien joueur du club, jusque là entraîneur de l'équipe M21. Sans grande expérience, il sera épaulé par Alex Weaver (ancien adjoint de Celestini), William Niederhauser (préparation physique) et l'ancien joueur Xavier Margairaz, retraité depuis 2017. «Je connais parfaitement les joueurs et leurs qualités, a tenu à souligner Borenovic. Comme joueur puis comme entraîneur, j’ai la chance d’être familier avec l’environnement du club. J’aurais avec moi une équipe de professionnels extrêmement qualifiés et extrêmement motivés.» 

Selon la formule consacrée et le communiqué du LS, «Fabio Celestini reste à la disposition du club», où il est sous contrat jusqu'en juin 2019. La tâche de son successeur sera difficile: Lausanne est dernier avec 31 points, comme le FC Sion, et se déplace dimanche chez le leader Young Boys.

Lire aussi: Racheté par Ineos, le Lausanne-Sport se rêve en grand

Une victoire en onze matchs

On pensait Lausanne à l'abri. Non pas de la relégation mais de ce genre de décision extrême. Depuis son arrivée à la Pontaise en mars 2015, Fabio Celestini a toujours prôné le jeu pour obtenir des résultats. Une opération commando - il reste six matchs - menée par un homme à poigne a-t-elle quelques chances d'aboutir?  

Sans doute fallait-il bien tenter quelque chose... Cinquièmes à la pause (25 points), les Vaudois n'ont réussi à prendre que six points points en onze matchs depuis le début d'année, malgré la reprise du club cet automne par la société Ineos et l'arrivée cet hiver de recrues intéressantes (Simone Rapp, Alexander Fransson, Enzo Zidane). Deux autres joueurs arrivèrent par la suite (Noah Loosli et Dominik Schmid) mais pas le grand défenseur qui aurait permis de stabiliser un effectif assez jeune et souvent inoffensif. Tous ne s'adaptèrent pas au jeu très «cognitif» qu'affectionne Fabio Celestini et Lausanne donna souvent l'impression d'une équipe qui repartait de zéro plus qu'elle ne construisait depuis derrière.

Entraîneur de l'année en 2016

Fabio Celestini est donc resté trois ans à la tête du Lausanne-Sport. Nommé en mars 2015 en remplacement de Marco Simone, il fait remonter le club en Super League dès sa première saison complète. En 2016, il est même désigné «meilleur entraîneur de Super League» en 2016, une distinction qu'ont également reçu Pierluigi Tami en 2015 et Murat Yakin en 2017. Tous trois ont «sauté» en ce début du mois d'avril. Fabio Celestini est le huitième entraîneur de Super League licencié cette saison. 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL