Justice

L’auteur de l’attentat contre le bus de Dortmund voulait-il tuer?

Le procès du Germano-Russe inculpé pour avoir fait exploser trois bombes à proximité du car transportant les joueurs de l’équipe allemande a débuté jeudi. Il devrait durer trois mois

Les enquêteurs avaient d’abord pensé à un acte de terrorisme islamiste. Puis ils avaient suivi les pistes de l’extrême-droite et de l’extrême-gauche allemande. Finalement, il s’était révélé que l’attentat visant le bus du Borussia Dortmund, qui a fait deux blessés le 11 avril dernier, n’avait rien d’idéologique. Son auteur, un Germano-Russe de 28 ans, l’a perpétré dans l’intention de s’enrichir. Il avait spéculé, en bourse, sur une chute des actions de l’équipe allemande.

Lire aussi: De Dortmund à Bastia, une semaine de cauchemar sur la planète foot

Son procès a débuté jeudi à Dortmund, où l’émotion n’est pas retombée. Le prévenu est d’ailleurs incarcéré à Bochum, à une demi-heure d’autoroute, car la justice estime qu’il serait en danger dans une prison de la ville où nombre de détenus sont de fervents supporters du Borussia… Devant le tribunal, le suspect doit répondre de 28 tentatives d’assassinat (contre les personnes présentes dans le bus, plus un motard de son escorte policière) et il risque la perpétuité.

Une question d’intention

La défense a dans un premier temps cherché à obtenir le renvoi du procès, accusant le parquet d’avoir transmis des documents à charge à la presse. Sans succès. Elle a donc dû s’en remettre à travailler sur le fond de l’affaire et a vite dévoilé son angle: démontrer que le prévenu n’avait pas l’intention de tuer qui que ce soit.

De fait, ses engins explosifs avaient été mal positionnés. Un seul morceau de métal est entré dans le bus, se fichant dans l’appuie-tête du siège occupé par Marc Bartra. A quelques centimètres près, le défenseur aurait trouvé la mort. Mais l’avocat Carl Heydenreich veut prouver que ce n’est pas un hasard si son client n’a pas causé plus de dégâts: «Posez-vous la question. Est-ce qu’il n’a pas pu [tuer] ou est-ce qu’il n’a pas voulu?» La justice a trois mois et 18 audiences pour trancher.

Publicité