Ancien capitaine de l’équipe de Suisse de football, docteur en psychologie et psychothérapeute, Lucio Bizzini a créé le premier syndicat suisse des joueurs de football, introduit en équipe nationale l’approche psychologique des matchs, et cofondé l’Association suisse de psychothérapie cognitive. Il intervient régulièrement dans «Le Temps» sur le sport.

La dernière édition du Tour d’Italie nous a offert des images inédites en cyclisme: un coureur représentant ses congénères discutant avec le patron de l’organisation, et imposant une réduction de 130 kilomètres de l’étape la plus longue du Giro!

Sur les chaînes italophones, on n’en revient pas. Les commentateurs s’insurgent contre les arguments du peloton (étape trop longue, pluie battante au lendemain d’une étape très dure et à la veille d’une autre étape aussi très dure). Ils perdent en fait de vue le moment particulier que vit le Giro. Une forte recrudescence des cas de Covid-19 en Italie. Deux équipes qui ont dû quitter la course parce que leurs leaders étaient positifs. L’incertitude liée aux risques pris dans la promiscuité du peloton. Un contexte de peur, et de recherche de la prudence.