Les cabosses de la mer n'ont pas entamé la joie de vivre de Stève Ravussin. Le Vaudois a le sourire indéboulonnable et la plaisanterie au coin de la bouche. Ce caractère jovial de bon vivant lui a permis, au détour d'une rencontre, de décrocher un sponsor et de s'offrir un nouveau multicoque lémanique pour disputer le championnat 2009 des D35.

Quelques rhum-coca...

«Ce projet est le résultat de plusieurs choses», raconte Marco Simeoni, le patron de Veltigroup. «Tout d'abord, une passion de mon côté pour la voile et les valeurs qu'elle véhicule. Puis une rencontre, par hasard, avec Stève que j'ai croisé dans un bar à Lausanne. Nous avons bu quelques rhum-coca et le courant est bien passé. Je lui ai parlé de projets privés, lui ai demandé conseil pour l'achat d'un voilier. Lui m'a parlé de son rêve de monotypie [voiliers tous identiques] sur les courses océaniques en multicoques et m'a fait part de son envie de faire du D35 sur le Léman. Comme nous avons lancé en mai notre label Veltigroup, qui rassemble plusieurs sociétés d'informatique, il y avait là l'opportunité de faire quelque chose ensemble.» A savoir de financer un D35 flambant neuf aux couleurs du groupe, qui sera skippé par Stève Ravussin.

Pour le navigateur vaudois, ce retour aux sources est séduisant: «Il y a dix ans, j'ai dû m'exporter. Vivre de la voile en Suisse n'était pas envisageable. Alors, pouvoir pratiquer mon métier à la maison, sur le lac, dans cette Suisse que j'aime et où j'ai ma famille et mes amis, est extraordinaire.»

Ravussin ne cache pas pour autant sa déception de voir le projet de circuit monotype de multicoques océaniques reporté à des jours meilleurs. «Je suis effectivement très déçu. J'espérais que quelque chose se fasse en France. Mais chacun voit midi à sa porte. Je ne cautionne pas le fait d'ouvrir la prochaine Route du rhum aux maxi-mutlicoques. Sur le plan sportif, la course ne voudra plus dire grand-chose.»

«C'est ici que ça se passe»

En attendant que cela se décante peut-être un jour, le Vaudois suit le même chemin que les grands skippers français de multicoques, celui du Léman et du championnat des D35. «Pour l'instant, c'est clair que c'est ici que ça se passe, avec un circuit dynamique et un niveau très élevé. Je suis donc ravi à l'idée d'avoir mon bateau l'année prochaine.» Marco Simeoni, le propriétaire du voilier, fera partie de l'équipage. Tout comme Sébastien Ravussin, le cadet de la fratrie qui, depuis deux ans, fait ses armes en D35 à bord du Cadence de Jean-François Demole. Pour le reste, il ne sait pas encore. «J'ai reçu des propositions de jeunes de la région. Et Franck Cammas viendra sûrement sur quelques épreuves si son emploi du temps le permet.»

Franck Cammas, avec qui Stève Ravussin continuera de naviguer en mer, sur le maxi-trimaran Groupama III, notamment pour tenter une nouvelle fois de décrocher le Trophée Jules Verne (record autour du monde en équipage). Qui a parlé de marin d'eau douce?