Après celui de Sepp Blatter, c’est l’avocat de Michel Platini qui a plaidé lundi l’acquittement de son client devant le Tribunal pénal fédéral. «Ce procès avait pour seul but d’empêcher mon client de devenir président de la FIFA», a affirmé à Bellinzone Dominic Nellen. Il a tenté de démontrer que le soupçon initial qui a déclenché la procédure avait déjà été fabriqué.

Lire aussi: Procès Blatter-Platini: la FIFA veut être dédommagée

Le Ministère public de la Confédération (MPC) accuse les deux hommes d’escroquerie et de faux dans les titres, et requiert des peines de prison avec sursis d’un an et huit mois chacune. Au cœur des débats: un paiement de 2 millions de francs effectué par la FIFA en faveur de Michel Platini sur demande de Sepp Blatter, dont la légitimité est en question. Le MPC estime qu’il ne s’appuie sur aucune base légale et que la FIFA a donc subi un préjudice.

Aux yeux de Dominic Nellen, en revanche, il est étrange que le MPC, en examinant l’immense quantité de documents à sa disposition, se soit précisément intéressé à ce paiement. Et il est selon lui frappant de constater que la procédure a été ouverte peu après l’une des rencontres non consignées dans un procès-verbal entre le MPC et un proche de Gianni Infantino - dans un premier temps uniquement contre le coaccusé de Michel Platini, l’ancien président de la FIFA Joseph Blatter.

Processus habituel

S’agissant de la base juridique du paiement de 2 millions de francs, les explications de Dominic Nellen recoupent largement celles de l’avocat de Sepp Blatter, Lorenz Erni.

Lire aussi: Au procès Blatter-Platini, le gris domine sur le noir et blanc

Les voici: Blatter et Platini se seraient mis d’accord en 1998 pour que l’ancien footballeur mondial devienne conseiller du premier. Michel Platini exigeait 1 million de francs par an. Dans le contrat écrit rédigé seulement fin août 1999, une rémunération de 300 000 francs annuels a été fixée. Motif: la situation financière précaire de la FIFA à l’époque. Le contrat écrit n’aurait cependant rien changé au fait que Platini devait recevoir ses honoraires de 1 million de francs – simplement plus tard. En 2010, le Français a rappelé à l’ancien chef des finances de la FIFA Markus Kattner son salaire impayé pour son activité de conseiller de 1998 à 2002.

L’élément déclencheur de cette démarche? Les indemnités de départ élevées versées à l’époque à deux membres de la FIFA qui avaient été licenciés, a déclaré Dominic Nellen. Michel Platini a présenté une facture à la FIFA, et celle-ci a suivi le processus habituel au sein de l’organisation après la signature de Sepp Blatter. Plusieurs personnes ont été impliquées dans ce processus.

Il n’y a pas d’indices d’escroquerie ou de faux dans les titres, a argumenté l’avocat. Selon sa plaidoirie, le Français renonce à une réparation morale. «Sa réparation morale sera l’acquittement.»