Football

A Leeds, Marcelo Bielsa nourrit sa légende

Le charismatique entraîneur argentin a ordonné à son équipe d’encaisser un but lors d’un match pourtant décisif contre Aston Villa (1-1). Ce geste de fair-play peu commun condamne Leeds United aux play-off pour la promotion en Premier League

C’est l’un des rares gestes unanimes de fair-play dans le monde souvent impitoyable du football. Lorsqu’un joueur blessé reste à terre, le règlement dit que le jeu se poursuit tant que l’arbitre n’a pas interrompu le match, mais l’usage veut, exige même, que l’équipe en possession de la balle la mette rapidement en touche pour permettre aux soigneurs d’entrer sur le terrain. Celle-ci la lui est rendue lorsque le jeu reprend et tout le monde applaudit. C’est ce qui aurait dû se produire dimanche à la 72e minute du match de Championship (2e division) entre Leeds United et Aston Villa.

Alors que leur coéquipier Jonathan Kodjia gît dans le rond central, trois joueurs d’Aston Villa orientent Tyler Roberts vers l’extérieur et, à grand renfort de bras, lui font comprendre qu’il doit botter en touche. Roberts le fait, ou du moins ça y ressemble: la balle file, parallèle à la ligne. Là, son coéquipier polonais Mateusz Klich la récupère et file vers le but. La défense d’Aston Villa, totalement arrêtée, tente de revenir mais il est trop tard. Crochet, tir enveloppé dans le petit filet: 1-0. Klich ne fait pas 2 mètres qu’il est stoppé, main à hauteur de gorge, par Anwar El Ghazi. L’empoignade dégénère en bagarre quasi générale, qui meurt et renaît à différents endroits du terrain. L’arbitre tente de reprendre le contrôle, distribue les cartons, expulse El Ghazi, mais ne peut que valider le but.