Il a créé le buzz et il y avait de quoi. Cette fin de semaine, le nom de Noam Yaron est apparu sur tous les médias romands. Ce Morgien de 24 ans venait de relever un défi de taille: traverser en moins de 24 heures le lac Léman à la nage dans sa longueur, soit 75 kilomètres entre le château de Chillon et les Bains des Pâquis à Genève. Non seulement, il l’a fait dans une eau particulièrement froide suite aux intempéries des jours précédents, mais aussi dans un temps sidérant de 19 heures 53 minutes et 7 secondes.

Mais dans le milieu de la nage en eau libre, la performance du Vaudois a vite créé un malaise. Sitôt sorti de l’eau, ce créateur de contenus a qualifié sur son compte Instagram son exploit de: «New world record». Problème. «Ce n’est pas parce que tu décrètes avoir effectué un record du monde que c’en est un», relève une nageuse qui souhaite garder l’anonymat. Tout en relevant le niveau époustouflant du sportif, cette amatrice de nage en eau libre regrette, au nom de sa discipline, un manque d’intégrité de la part de Noam Yaron.